Financement des transports au Burkina : Une table ronde pour parer au plus pressé

149 0

Le secteur des transports constitue l’un des éléments prioritaires de l’axe 1 de la Stratégie de croissance accélérée et de développement durable (SCADD). Les bailleurs de fonds se sont assis autour d’une table ronde ce lundi 18 juin 2012 pour réfléchir à leur contribution à la réalisation des objectifs fixés dans cet axe, notamment les investissements pressés.

Le Deuxième Programme sectoriel  des transports (PST-2) a permis d’engranger des acquis. Mais des défis demeurent, dont, entre autres, le désenclavement interne et externe, la maîtrise des coûts de construction, la sécurité routière et de protection de l’environnement, la professionnalisation des acteurs. D’où la naissance de la Stratégie des transports 2011-2025, incluse dans l’axe 1 de la SCADD, d’un coût de 3 101 milliards de F CFA.

Cette stratégie comporte un Programme d’investissements prioritaires (PIP) du secteur des transports qui s’étale de 2011 à 2016. Il concerne les compartiments du secteur des transports que le gouvernement juge prioritaires. Le ministre de l’Economie et des finances, Lucien M.N Bembamba, a informé que le PIP a un besoin global de près de 1 648 milliards de F CFA, dont plus de 500 milliards ont été déjà engrangés, soit un manque à gagner de      65 %. La table ronde de ce lundi 18 juin 2012 à Ouagadougou a pour objectif de trouver les financements à ces investissements prioritaires.

L’un des axes majeurs de la mise en œuvre de ce programme est la construction de l’aéroport de Donsin et de ses voies d’accès. Lucien N. Bembamba a expliqué qu’il s’agit là « d’une priorité du gouvernement » et les modalités de son financement feront d’ailleurs l’objet d’une rencontre, ce mardi 19 juin 2012 à Ouagadougou.

La mise en œuvre de ce programme permettra également, entre autres, la modernisation et la réhabilitation des infrastructures routières, la diminution d’au moins ¼ du nombre d’accidents, le bitumage de 2 189 km de route, le renforcement de 560 km, l’entretien courant de 12 258 km de pistes rurales, l’entretien courant de 15 272 km du réseau classé et l’entretien périodique de 3 249 km, l’aménagement  de 5 000 km de pistes rurales et le  renforcement des capacités des acteurs.

Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre