Rencontre gouvernement/secteur privé: Le bilan d’une dizaine d’éditions en examen

159 0
Le ministre de l'Économie et des finances, Lucien Marie Noël Bembamba (centre), président la rencontre sectorielle du groupe 2. ©Burkina 24

Les  21, 22 et 25 juin, gouvernement et Sscteur privé se retrouvent par groupe pour préparer la Rencontre annuelle gouvernement/secteur privé, institutionnalisée il y a une dizaine d’années. Et en fait de préparation, les deux parties examineront ensemble le bilan des onze éditions de ces rencontres annuelles.

La Rencontre annuelle gouvernement/secteur privé se tiendra en fin juillet, avec pour thème cette année, “Rencontre gouvernement/secteur Privé: bilan et perspectives”. Le bilan des onze éditions de cette rencontre née à la suite d’un vaste programme de réformes économiques dans les années 90, sera apprécié lors de trois rencontres sectorielles autour des résultats d’une étude de capitalisation.

Ce jeudi 21 juin ont débuté ces rencontres sectorielles, avec la présentation de la synthèse de l’étude au groupe 2. Cette première rencontre sectorielle concerne les acteurs publics et privés des Bâtiments et travaux publics, des transports, des banques et assurances et des télécommunications. Elle permettra de partager les résultats de l’étude, d’y apporter des amendements, mais également de se pencher sur les préoccupations des différents secteurs d’activités du groupe.

Des rencontres dont l’importance ne fait plus de doute

L’étude de bilan des onze éditions de la Rencontre gouvernement/secteur privé conforte, chiffres à l’appui, le gouvernement dans sa volonté de dialoguer et trouver des réponses aux préoccupations du secteur privé dont le rôle est privilégié dans les différentes réformes. Ainsi et pour illustration, de 2001 à 2011, 630 préoccupations du secteur privé ont été recensées par l’étude: à 59%, le gouvernement a pris des engagements comme réponse à ces préoccupations et à 70%, il les a tenus. Ce qui fait dire à Félicité Traoré, le chef de file des consultants, que le niveau du respect des engagements est assez bon.

L’étude a également confirmé l’importance de la Rencontre annuelle gouvernement/secteur privé qui se tiennent à Bobo-Dioulasso. La création de 21334 entreprises entre 2006 et 2011, la facilitation de l’exercice du commerce, la baisse de la pression fiscale et l’amélioration du climat général des affaires sont, entre autres, les impacts de la Rencontre gouvernement/secteur privé dont l’importance et la pertinence ne font plus aucun doute. Du reste, l’étude a fait un point d’honneur aux recommandations, notamment en termes de renforcement des cadres de suivi des rencontres. Le ministre de l’Économie et des finances, Lucien Marie Noël Bembamba, qui présidait cette première rencontre sectorielle de préparation à la rencontre annuelle de Bobo, a  pour sa part salué ce bilan dressé par l’étude, et surtout les recommandations et perspectives qui l’accompagnent.

Justin Yarga

Journaliste web qui teste des outils de Webjournalisme et datajournalisme, Media strategy consultant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre