Société civile: le SPONG offre aux OSC une plateforme de bonnes pratiques et de partage d’expériences

459 0
De gauche à droite, le régisseur du PROS, Mme le Gouverneur du Centre-Nord et le représentant du PCA du SPONG © Burkina24

Comment conserver, améliorer et mieux partager les connaissances pour participer aux nouveaux fronts de la lutte pour la sauvegarde de l’environnement dans une conception dualiste de développement et de développement durable? Le Secrétariat Permanent des ONG (SPONG) répond à cette question en organisant un atelier de formation des acteurs de la société civile en gestion des savoirs locaux dans les domaines de la gestion durable des terres, l’adaptation aux changements climatiques et la conservation de la diversité biologique, ce vendredi à Kaya dans le Centre-Nord.

Au terme de la mise en oeuvre du projet “Bonnes pratiques des ONG et Associations pour la sauvegarde de l’environnement” initié par le SPONG sur financement  du Programme de Renforcement des Capacités des Organisations de la Société civile (PROS), les acteurs se sont retrouvés à Kaya du 27 au 29 juin pour apprécier les résultats obtenus et surtout s’approprier la plateforme en ligne en stockant, capitalisant, partageant et valorisant les savoirs et savoir-faire.

Les participants à l’atelier de formation © Burkina24

Au cours de ces trois jours les participants se sont penchés sur une problématique particulièrement sensible, la gestion des connaissances ou des savoirs locaux. Ils se sont exercés aux techniques d’identification et de documentation des bonnes pratiques en vue de s’inscrire dans une posture de capitalisation, valorisation et de partage. “Une démarche stratégique et pluridisciplinaire visant à repérer, structurer, organiser, stocker, capitaliser, partager et valoriser les savoirs locaux” dira madame le Gouverneur de la Région du Centre Nord, au cours de la cérémonie de clôture.

Une des conclusions du projet, à travers l’étude de caractérisation sur la typologie des acteurs et des pratiques inventoriées, est que les cultures et civilisations locales sont à même de contribuer à la protection de l’environnement mondial, au développement durable et à la lutte contre la pauvreté. Le représentant du président du conseil d’administration du SPONG conclura en ces termes: “Les politiques publiques sont indispensables pour garantir l’intérêt général et si elles s’engagent sur l’approche participative, le SPONG  est prêt à les accompagner. C’est un devoir constitutionnel.”



Dieudonné LANKOANDE

M. Lankoandé est passionné de web2.0 et de stratégies marketing (Marketing/web & Community Management) propre au secteur on line, domaine dans lequel il a plusieurs années d’expériences.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *