ONEA: le bilan d’activités 2011, satisfaisant et révélateur de défis

589 0

L’office national de l’eau et de l’assainissement a rendu public le bilan des ses activités pour l’année 2011, à l’occasion d’une conférence de presse en marge de la réunion du comité de supervision des activités de la société d’État tenue ce mardi 03 juillet.

Sur plusieurs plans, la société d’État présente un bilan satisfaisant aux parties prenantes du secteur de l’eau et de l’assainissement, réunies au sein du comité de supervision. L’ONEA est en passe de réussir son pari de fournir, en qualité et en quantité, de l’eau potable aux populations urbaines de plus en plus croissantes. En 2011, elle a produit 64 820 000 m3 pour un volume d’eau consommée de 54 015 000 m3.

L’Office affiche également une bonne santé financière, avec un résultat financier d’exploitation de 2,283 milliards, en hausse de 87% par rapport à 2010 et un chiffre d’affaire qui est passé de 26,265 milliards à 28,867 milliards. Les responsables ont également relevé les efforts accomplis pour faciliter le paiement des factures d’eau. A ce jour, l’ONEA dispose de plus d’une dizaine de guichets de paiement dans les villes de Ouagadougou et de Bobo Dioulassao, en plus des agences.

Cependant, l’ONEA reste confronté à des difficultés de recouvrement auprès de structures spécifiques telles que les Œuvres universitaires et l’abattoir frigorifique de Ouagadougou, qui, à elles seules, concentrent 50% des impayés.

Face aux journalistes, le Directeur Général Ouibiga Yamba Harouna (milieu) et ses collaborateur, Hamadou Ouédraogo (gauche) et le SG Dieudonné Sawadogo (droite). © Burkina 24

“L’assainissement est en retard”

Cette difficulté de recouvrement a été l’un des points de préoccupation du comité de supervision, et a fait l’objet de ses recommandations. Ces recommandations ont souligné également la nécessité de rattraper le retard en matière d’assainissement. En effet, entre l’accès à l’eau et l’assainissement, le bilan des activités de l’Office nationale de l’eau et de l’assainissement  ne donne pas les mêmes satisfactions. Si le taux d’accès à l’eau est passé de 75 à 80% de 2010 à 2011, le taux d’accès des populations des zones urbaines à l’assainissement est passé de 21% à 24% et le nombre de raccordés aux réseaux d’assainissement collectif de 770 à 773, pour la même période.

“L’assainissement est en retard”, a reconnu le Directeur Général de l’ONEA, Monsieur OUIBIGA Yamba Harouna. Un retard qui nourrit le pessimisme quant à l’atteinte des OMD et qui se justifie par une mauvaise approche en matière d’assainissement. Une enquête sur l’assainissement dans les centres urbains a révélé que 87% des populations disposent déjà de latrines et enseigne que l’ONEA devait plutôt mettre l’accent sur la réhabilitation des ouvrages que leur construction.

Sur d’autres préoccupations telle que la qualité de l’eau, la fin des travaux dans la ville de Ouagadougou prévue pour le 31 janvier 2013, l’équipe de l’ONEA s’est montrée rassurante.



Justin Yarga

Journaliste web qui teste des outils de Webjournalisme et datajournalisme, Media strategy consultant.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *