Malick Alhoussein, président du COREN : “Les personnes exclues sont des gens du MNLA, du MUJAO, d’AQMI”

161 0
Malick Alhoussein, président du COREN : «Il s'agit d'éléments du mouvement de libération de l'AZAWAD, des forces terroristes qui occupent le Nord du Mali» (Ph : B24)

“Je peux vous confirmer que ceux qui ont été chassés de la salle sont des gens du MNLA, du MOUJAO, d’AQMI” a  répondu Malick Alhoussein, président du Collectif des ressortissants du Nord Mali (COREN), en réaction à la conférence presse organisée par les deux personnes exclues de la salle où se tient le mini-sommet de la CEDEAO à Ouagadougou.

Malick Alhoussein affirme sans ciller que Mohamed Ould Mataly et Azaz Ag Loudag Dag  ne sont pas membres du COREN. “La délégation qui représente le collectif des ressortissants du Nord Mali est composée de six personnes, à raison d’un délégué par région, dit-il avant d’ajouter que “cette délégation est dans la salle; les personnes qui  sont sorties de la salle ne sont pas membres de cette délégation. Il balaie leur argument selon lequel ils ont été dûment invités : “A ce que je sache, ils n’ont pas été invités à prendre part aux travaux de cette réunion“, dit-il.

S’ils disent qu’ils sont membres de la société civile de Gao, cela n’engage qu’eux“, répond-t-il au fait que Ould Mataly et Ag Loudag Dag se réclament de la société civile. Par ailleurs, Malick Alhoussein laisse croie que le COREN constitue la société civile du Nord Mali.

Chacun son tour

Le président du COREN déclare que ces personnes sont plutôt du MNLA, d’AQMI et/ou du MUJAO.  “Il s’agit d’éléments du mouvement de libération de l’AZAWAD, des forces terroristes qui occupent le Nord du Mali. C’est la raison pour laquelle ils ont été priés de libérer la salle“, explique-t-il. Pour lui, cette rencontre ne concerne pas les groupes armés qui occupent le nord du Mali. “Nous ne sommes pas au stade des négociations. On saura plus tard avec qui négocier“, dit-il.

Pour rappel, créé en 1994, le COREN est un regroupement inclusif de tous les ressortissants de Tombouctou, Gao, Mopti et Kidal qui réside à Bamako.

Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre