Humour et Droit Libre : Les artistes se sont exprimés droit dans les yeux

475 0
Son Excellence Gerard en prestation © Burkina 24

C’est dans l’enceinte de la Maison du peuple que Semfilms a décidé d’organiser la clôture de son événement riche en films et en débats sur les droits humains : Ciné Droit Libre. Moussa, Son Excellence Gérard du Burkina Faso ;  Digbeu Cravate et Adama Dahico de la Côte d’Ivoire ont entretenu un public hilare et ont même fait des  émules dans la salle.

La critique des mœurs, de la gestion de la chose publique, des agissements des hommes politiques, du citoyen lambda, …. ;  rien n’a été épargné par ces messieurs du rire africain. Premier à monter sur scène, Moussa OUEDRAOGO, a passé au crible, entre autres, les différents aspects du milieu artistique. Répondant aux boutades que le jeune humoriste lance à l’encontre de certains comportements sociaux,  le public se laisse subjuguer par son expression scénique.

Digbeu Cravate dans un spectacle où il attend sa prétendue dulcinée, il fait le tour de phénomènes sociaux où les occidentaux ne sont pas épargnés.

Sur un ton très didactique, Gérard OUEDRAOGO fait une critique sociale de l’Afrique en général, et du Burkina Faso en particulier. La corruption, les sociétés écrans, la mauvaise gestion de la chose publique ; tout a été dit sous toutes les coutures, et frisant parfois la désignation des personnes impliquées dans des gestions opaques.

Et Adama Dahico arrive sur scène. Le président du Dôrômikan, pour qui un public des grands jours a fait le déplacement a présenté en grande première son spectacle Du Cp1 à la CPI. Sur un ton sarcastique, il ouvre une des nombreuses pages des lendemains de l’arrestation de l’ex-président Laurent GBAGBO et des élections présidentielles auxquelles lui-même s’était présentée. Avec ses valises et une enveloppe contenant une supposée convocation, l’acteur se  dit prêt à se rendre à la Cour Pénale Internationale (CPI). Dans ses bagages, outre ses vêtements,  l’on y trouve des provisions alimentaires pour ne pas être dépaysé sur le plan culinaire, à son arrivée. Dans sa prestation, l’on découvre une société ivoirienne dans laquelle la  réconciliation tarde à se mettre en place, où les règlements de compte sont encore légion. Pendant la crise, des expressions comme « en lieu sûr » ont fait surface. Pour ne pas dévoiler sa cachette, tout individu disait à ses interlocuteurs téléphoniques qu’il est en lieu sûr. S’il se penche plus sur le cas de son pays, Dahico n’oublie pas le Mali et d’autres pays africains où l’instabilité fait progressivement son nid. Avec du Cp1 à la CPI, tout dirigeant devrait comprendre qu’il n’est à l’abri d’aucune surprise face à cette juridiction internationale.

 

Pendant que le public s’impatientait, en attendant la venue sur scène de Digbeu Cravate, un humoriste, sorti du public, prend le micro et se lance dans une critique très corsée des Etalons et de la TDC (Taxe de Développement Communale) qui a fait couler beaucoup d’encre et de salive dans notre pays. Avec les étalons, il faut se prémunir de les supporter à tout vent. Il faut aussi ingurgiter de nombreux comprimés de paracétamol pour  ne pas tomber en syncope quand ces joueurs sont sur le terrain de jeu, à cause de leur caractère imprévisible. Du nom de Siinsia Guêguêra SOME, ce jeune homme est un humoriste en devenir.  Comme pour le soutien aux jeunes réalisateurs, semfilms devrait voir de ce côté aussi.

Cette belle soirée a été émaillée par des comportements qui peuvent être très nuisibles à tous. Des tickets contrefaits ont été mis en circulation à l’ouverture des portes. Cette situation a failli provoquer des émeutes, n’eut été la clairvoyance des organisateurs qui ont amené les artistes à jouer une seconde fois au cours de cette soirée, car des personnes détenant toujours des tickets sont restées bloquées aux entrées, faute de place. Cette situation difficilement gérable vient une fois de plus en appeler à la vigilance de tous les citoyens. Les forces de sécurité devraient déjà patrouiller dans les enceintes des différents lieux de manifestations afin de débusquer ces individus mal intentionnés dont l’objectif est de faire planer le doute sur la  fiabilité d’organisations sérieuses comme Semfilms.

bktso1

Rialé est artiste-comédien et résidant a Ouagadougou.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *