Médias:Des journalistes togolais à la rencontre de leurs confrères burkinabè

157 0
Le chef de la délégation de GEME-SA, Sounguédjoa Roger TIEM (a d.) apprécie bien le niveau des journalistes burkinabè. Ph:B24

Un groupe de journalistes du réseau Gens des médias de la région des Savanes dans l’extrême nord du Togo (GEME-SA) a séjourné, du 1er au 5 août 2012, dans la capitale burkinabè, Ouagadougou, dans le cadre d’un voyage  de presse au Pays des Hommes intègres.

Il s’est agi pour la délégation de découvrir le monde des médias du Burkina et de visiter certains lieux de renom. La douzaine de journalistes qui composent la délégation a pu visiter certains organes de presse et échanger avec leurs confères de Sidwaya, de l’Indépendant, de radio Pulsar, de radio Nostalgie.

Issus d’organes de presse comme le journal Lafia, Mango Matin, Radio make up, Radio Courtoisie, la radio rurale des Savanes, radio La Voix Doloti, la radiotélévision Nafa, Radio Lagemtaaba, les journalistes de GEME-SA ont participé le 4 août 2012 à l’assemblée générale  du Réseau d’initiatives de journalistes du Burkina (RIJ) avec lequel GEME-SA entretien un partenariat depuis 2010.

A l’issue des échanges qu’ils ont eus avec les journalistes des organes de presse visités et ceux du réseau d’initiative de journalistes, les membres du réseau GEME-SA disent repartir satisfaits des prestations des journalistes burkinabè.

Quelques journalistes de GEME-SA au cours de l’Assemblée générale du RIJ. Ph. B24

«On a pu se rendre compte en toute franchise, que les journalistes burkinabè ont une avance sur nous». Selon M.Sounguédjoa Roger TIEM, dans l’ensemble le niveau des journalistes burkinabè est un peu élevé car la plupart sont passés par une école de formation, ce qui ne serait pas tout à fait le cas au Togo.

Au sujet de la liberté de la presse, le chef de la délégation assure l’avoir perçue au cours de leur visite au Burkina. «On a constaté que les journalistes Burkina ont une certaine liberté d’expression».

«Nous avons visité certains lieux célèbres comme le siège du FESPACO, les tombes de notre confrère Norbert Zongo, et du président Thomas Sankara», a précisé le président du Conseil d’administration de GEME-SA, chef de la délégation, Sounguédjoa Roger TIEM.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre