Histoire du Burkina Faso : Bernard SOUYRIS revisite les résistances à la colonisation dans la région de la Boucle du Mouhoun

443 7
Bernard SOUYRIS, dédicaçant son ouvrage à Madame Pascaline TAMINI, personne ressource de la Région de la Boucle du Mouhoun

Son premier contact avec le Burkina Faso s’est effectué en 1992. Après un passage dans le village de Sara, dans la région de Dédougou et pour lequel il a publié un ouvrage intitulée Sara, un village au Burkina Faso, Bernard SOUYRIS vient de mettre sur le marché du livre Resistances à la colonisation dans la région de la Boucle du Mouhoun (Haute-Volta) (1885-1935).

Bernard SOUYRIS a été professeur d’occitan (ou langue d’oc au langue romane parlée principalement dans le sud de la France) après sa retraite, il s’inscrit et écrit une thèse d’ethnologie, de laquelle résultera une cette production intitulée Resistances à la colonisation dans la région de la Boucle du Mouhoun (Haute-Volta) (1885-1935). Pendant dix ans, l’auteur a procédé à des recherches, mené des enquêtes de terrain et procédé à des analyses. Il s’est inspiré d’écrits coloniaux divers, de travaux de recherche et de la célèbre œuvre romanesque de Nazi BONI, Crépuscule des temps anciens.

Les objectifs visés par ce travail sont d’exposer, entre autres, sur la façon dont l’ethnologie a apporté l’eau au moulin de la colonisation. Niant aux africains leur caractère d’êtres humains, les ethnologues ont contribué à donner carte blanche aux actes des colons. En plus des ethnologues, les missionnaires ont contribué à favoriser cette propension de la colonisation. Leur position ambiguë a favorisé le mépris pour les religions locales. De nombreux fétiches ont été relégués au second plan. Ne pouvaient être dans les bonnes grâces des colons que ceux qui acceptaient de s’adonner à la religion chrétienne. Cet ouvrage vise aussi à exposer sur les absurdités de la colonisation qui voulait civiliser. Trois ans ont suffi aux colons pour conquérir la région de la Boucle du Mouhoun, mais il a fallu 30 ans pour soumettre les habitants de la localité.

Prenant le contre-pied de l’écrit de Nazi BONI dans Crépuscule des temps anciens, selon laquelle cette résistance a été le fait des Bwaba, l’auteur souligne que les Marka, les Dafing, les Ko, les Gourounsi se sont aussi farouchement opposés aux nouveaux envahisseurs. Malgré ce combat longtemps mené pour la conquête de sa liberté, les peuples de la Boucle du Mouhoun seront soumis à partir de 1935.

Aujourd’hui, et selon l’auteur dans la conclusion de son ouvrage, les peuples de cette région sont confrontés à tout autres difficultés celles crées par la mondialisation des échanges, la captation de leur production par des capitaux privés étrangers qui détournent à leur profit les richesses du pays, la présence de l’ancienne puissance coloniale qui soutien un régime corrompu. Vu cela, l’on est en droit de se demander si la colonisation n’a pas pris une forme plus insidieuse.

 

bktso1

Rialé est artiste-comédien et résidant a Ouagadougou.

Il y a 7 commentaires

  1. Bonjour, j'aimerais conna?tre le titre exact et l'?diteur de cet couvrage, et essayer de me le procurer.
    En gros, l'auteur de l'article souligne une d?couverte que j'avais faite dans les ann?es 60 (j'ai ?t? ?lev?e en Afrique, et en particulier en Hautre Volta, ? la fin de la colonisation, pensant la Loi-Cadre et aux d?buts de l'ind?pendance): les civilisations animists sont riches, subtiles et infiniement colmplexes. Les conqu?rants ont affect?s de confondre le non d?veloppement technique avec un non d?velopement mental, puis les religieux de tous poils ont ensuite affect? d'apporter la bonne parole…
    J'ai subis des menaces dans ma jeunesse, pour avoir d?nonc? la politique "?conomique" qui consistait ? exporter de la mati?re premi?re ? bas prix pour ensuite importer des produits finis incroyablement cher, ou la politique "agricole" (?!?!) qui consistait ? arracher les cultures vivri?res(mil, sorgoh, riz, etc.) pour les remplacer par des cultures industrielles (arachide )
    Cr?er du besoin, de la d?pendance, n'est-ce pas une facon bien plus efficace d'exploiter un pays?

  2. F?licitaion ? toi Docteur Bernard SOUYRIS pour ce gros travail. cet peuvre nous permettra de mieux connaitre l’histoire du burkina et particuli?rement clle du grand mouhoun.
    Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre