Coup de gueule : La devanture du SIAO n’est pas très artistique

248 0

La devanture du SIAO n’est pas très artistique. Quels sont ces camions qui roulent à tombeau ouvert sur nos voies sans plaque d’immatriculation ? Quand on paye une horloge, c’est pour qu’elle nous indique l’heure. Mais celle du Palais des jeunes et de la culture  Jean Pierre Guingané peut induire en erreur. Voici le cocktail de coups de gueule de la semaine !

* Pas très « art », la devanture du SIAO !

Voilà le tableau non loin de l’entrée du SIAO (Ph: Burkina24)


Le goudron qui passe devant le Salon international de l’artisanat de Ouagadougou (SIAO) ne fait pas honneur à une institution qui vend bien l’image du Burkina hors de ses frontières. Non loin des feux tricolores, le macadam a disparu, laissant place à des colmatages qui ressemblent à des cicatrices fort hideuses.
Pour ne rien arranger, une large flaque d’eau boueuse et rougeâtre incommode les usagers de la voie et n’enjolive pas le SIAO. Cette fois-ci, on ne peut pas reprocher aux populations de ne rien faire car les jeunes ont essayé de boucher les ornières mais le résultat laisse à parachever. Avis à qui de droit.

* Ces bolides sans immatriculation

Ce camion roule sans immatriculation (Ph : Burkina24)

Il est l’exemple de nombre d’entre eux qui circulent dans la ville sans inquiétude. Un camion remorque citerne déambulait sur le boulevard des Tansoaba sans plaque d’immatriculation et à une allure battant largement la vitesse règlementaire en milieu urbain. Ce qui est grave, c’est qu’il roulait sans plaque d’immatriculation et sans feux de signalisation. Et encore plus grave, les policiers étaient de garde ce jour-là et effectuaient des contrôles sur les voitures. Inquiétant que ce bolide n’ait pas été inquiété.

* Le temps suspendu au Palais de la culture Jean Pierre Guingané

Cette horloge indique 14h48 au Palais de la culture alors qu’il est 13h41mn42s ce dimanche 12 août 2012 (Ph: Burkina24)


14h48 ou 2h48 (c’est selon), c’est l’heure qu’affiche l’horloge accrochée au sommet du podium du Palais des jeunes et de la culture Jean-Pierre Guingané à Cissin. Les piles sont-elles usées ? L’a-t-on oubliée ou n’y a-t-il pas d’échelle pour y accéder ? Il est temps de remettre cette pendule à l’heure afin qu’elle ne traduise pas le sort qu’on promettrait  de réserver (négligence, par exemple) à ce temple qui promet d’accueillir de beaux spectacles.

Burkina 24 Group

Les articles signés sont la propriété de Burkina24. LeFaso envoie ses articles au redacteur en chef du média.

Il y a 1 commentaire

  1. C'est la preuve m?me de l'hypocrisie de nos acteurs administratifs et politiques. A c?t? du SIAO se trouve la mairie de Bogodogo, le village artisanal etc. Le maire se contente de sp?culer sur les parcelles ? son proche profit au lieu de laisser des bonnes ouvres qui t?moigneront de sa volont? ? faire le bonheur de ses concitoyens.
    C'est malheureux tout ?a!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre