SOMITA SA : Des employés licenciés comme des délinquants

1328 7
Des employés licenciés embarquant dans le car sur le site de la mine de Taparko, sous bonne escorte de la gendarmerie (Ph : DR)

27 travailleurs de la mine d’or de Taparko, exploitée par la société SOMITA SA, ont été licenciés et 3 autres mis à pied pour avoir décidé en assemblée générale syndicale d’observer un temps de repos de 30 mn dans les 10h de travail continu. En sus, ils ont été expulsés de la mine par des gendarmes, comme « des bandits de grands chemins », expliquent, amers, lesdits travailleurs à la conférence de presse qu’ils ont animée ce jeudi 16 août 2012 à Ouagadougou.

Honoré Sawadogo, délégué syndical à la société SOMITA SA, figure parmi la vingtaine de travailleurs licenciés ce lundi 13 août 2012 et expulsés manu militari du site de la mine de Taparko. En effet, selon Honoré Sawadogo, la mine a été déclarée en état de siège le 12 août et le lendemain, la gendarmerie escortait les licenciés hors de la mine, « comme des bandits de grands chemins ».

Des raisons : réduction de production, menaces et haine

Les conférenciers ont expliqué aux journalistes ce qui leur a valu ce traitement digne de délinquants : « des menaces et des propos haineux à l’endroit des dirigeants de la société par certains travailleurs ».

Des employés réunissant leurs bagages, après avoir été “largués” par la gendarmerie au village de Taparko (Ph: DR)

Ensuite, lesdits travailleurs ont violé leur contrat et « contribué à la réduction de la production », notamment en appliquant, malgré l’avis défavorable de la direction, la décision prise en assemblée générale syndicale d’observer une pause de 30 mn en cours de poste,  « et incité les travailleurs à la désobéissance ».

« Déformation des faits » et licenciement abusif, selon les travailleurs

« C’est une déformation des faits », selon Honoré Sawadogo et ses collègues. «L’article 45 de notre convention collective accorde un repos de 30 mn pour un travail de poste en continu de plus de 6 heures », avance le délégué syndical. Pourtant, le travail de poste est d’entre 7 à 10h à SOMITA SA.

Règlements de compte et volonté de tuer le syndicalisme dans les mines

Honoré Sawadogo, délégué syndical : “La Direction de la SOMITA a délibérément décidé de défier l’autorité de l’Etat” (Ph : B24)

Pour eux donc, la réduction de la production n’était qu’un alibi pour les licencier. L’anguille dans ce cas ? Tuer le syndicalisme. « La plupart de ceux qui ont été licenciés ont au moins une fois intervenu lors d’une assemblée générale » du syndicat (Syndicat des travailleurs de la géologie, des mines et des hydrocarbures (SYNTRAGMIH), section de Taparko), explique Sawadogo. Parmi eux également figurent ceux « qui ont le courage de dire ce qu’ils pensent à la direction ». Les travailleurs pensent que cette volonté de réduire la liberté d’expression risque de contaminer les autres mines.

La SOMITA défie  l’autorité de l’Etat

En plus, les travailleurs ont été licenciés en dépit des actions de médiation entreprises par la Direction régionale du travail et le Gouverneur de la région du Centre-Nord.  C’est d’ailleurs pendant que le gouverneur s’entretenait avec les travailleurs pour leur demander de surseoir à leur décision, que la direction de  SOMITA a pris sa décision de licenciement. Ce qui, de l’avis  des travailleurs, est une façon pour la direction de SOMITA “de défier l’autorité de l’Etat”.

Honoré Sawadogo et ses collègues se disent prêts à entamer une action en justice contre leur employeur, mais disent n’y penser qu’en dernier recours, comptant sur  la médiation enclenchée par les autorités locales.



Abdou ZOURE

Abdou Zouré, journaliste à Burkina24 de 2011 à 2021. Rédacteur en chef de Burkina24 de 2014 à 2021.

Article similaire

There are 7 comments

  1. J’appr?cie beaucoup tout le monde de la lecture informative sur burkina24.com . Je vais certainement passer le mot ? propos de votre site avec les gens. Vive .

  2. AAA!Quand l’argent tient les dirigeant de notre pays qui se permet de dire que je suis pret a vous mater et mettre a la porte. Cmarades de luttes ont vous soutiens et tenez vous bien que nous allons finir ce que nous avons commencer a somita. NAN LARA AN SARRA. SOMITA croit qu’il on deraciner la SINTRAMIGH mais malheureusement il faut q’il continue le licencement car ils vous entendre encore notre alarme dans un futur proche. L’etat a la devoir de r?agir sinon le cas PINSAPO GOLD se passera a SOMITA SA et meme la chambre des mines

  3. Alain Gautier |

    Ce que S.H a dit n’est que le bout du iceberg.A l’heure ou nous sommes encore, les CRS sont encore la armes jusqu’aux dents.Je me demande ce que ces travailleurs ont fait.Est ce un crime de dire ce que l’on pense?Ou est il interdit de reclamer de meilleurs conditions de vie?Je pense que l’etat doit revoir ce cartel.Ce sont ces memes violent impuniment les lois qui sont ecoutes.Pourquoi?On ne peut
    plus parler dans notre pays. Que pouvons nous hors du pays alors?

  4. je n'?tait pas lab? mais je suis sure que c'est un burkinab? qui a fait prendre cette decision a somita en disant qu'il n'aura rien:burkinab? n'aime pas burkinab?;mes fr?re battez vous pour votre droit

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *