Le SYTTBHA suspend son mot d’ordre de grève

113 0
Les Secrétaires généraux des sections du SYTTBHA. A gauche, M’Bi Yaméogo, SG de la coordination des sections du MID (Ph : Burkina24)

Le Syndicat des travailleurs des travaux publics, du bâtiment, de l’hydraulique et assimilés (SYTTBHA), précisément sa coordination du Ministère de des Infrastructures et du désenclavement, suspend son mot d’ordre de grève de 48 heures  qui devrait prendre effet ce jeudi 23 août 2012. L’annonce a été faite ce mercredi 22 août au soir lors d’une conférence de presse à la Bourse du travail à Ouagadougou.  

Le SYTTBHA suspend son mot d’ordre de grève de 48 heures qui devrait prendre effet ce jeudi 23 août 2012. Selon M’Bi Yaméogo, secrétaire général de la coordination du MID du syndicat lors d’une conférence de presse ce mercredi 22 août 2012, le gouvernement, lors d’une rencontre d’échanges avec le syndicat le 17 août dernier, a reconnu « la pertinence » des revendications du SYTTBHA et a déploré « l’insuffisance » dans la communication entre les parties et a demandé de surseoir au mot d’ordre de grève.

Suspension sous conditions

M’Bi Yaméogo et ses collègues, qui ont animé la conférence de presse, ont affirmé que le syndicat a pris la décision de suspendre la grève après avoir obtenu la signature par le gouvernement d’un procès verbal qui comporte deux conditions. Il s’agit de la tenue effective en 2012 du concours professionnel  de recrutement des ingénieurs et de l’organisation d’une rencontre avec le gouvernement au plus tard le 15 septembre 2012. « Le gouvernement a signé le procès verbal qui contient ces deux conditions et nous avons bon espoir qu’elles seront satisfaites », a laissé entendre M’Bi Yaméogo.

Il faut souligner que la première condition, à savoir le recrutement des ingénieurs, constitue l’un des points essentiels, selon M’Bi Yaméogo, de la plate-forme revendicative du syndicat, à savoir la valorisation du capital humain du ministère des Infrastructures et du désenclavement.

Une plateforme de sept ans à 30% de satisfaction

Pour rappel, la plate-forme revendicative du SYTTBHA date de 2006 et les négociations et concertations ont commencé avec le gouvernement depuis 2007. Mais selon les syndicalistes, sa satisfaction n’est qu’à 30% six ans après. Ensuite, selon eux, le protocole d’accord signé le 27 juin 2011 et qui devait amener à 60% le taux de satisfaction de la plateforme, faisait l’objet d’une « indifférence » de la part du gouvernement.

 C’est après plusieurs vaines tentatives de concertations avec le gouvernement que les travailleurs ont finalement décidé le 4 août dernier d’observer ce mot d’ordre de grève. Les ministres étant actuellement en congé, les représentants des travailleurs du ministère des Infrastructures et du désenclavement disent espérer que le dialogue sera renoué à la reprise pour une meilleure satisfaction de leurs revendications.

Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre