Côte d’Ivoire: Ces arrestations qui apportent de l’eau au moulin des partisans de Gbagbo

162 0

Trois proches de Laurent Gbagbo, dont deux responsables du Front populaire ivoirien (FPI), parti de l’ancien président, ont été arrêtés par les autorités ivoiriennes. Des arrestations qui ne sont pas sans lien avec les récentes attaques qui ont ravivé la tension en Côte d’Ivoire, et qui promettent de rendre encore plus compliquée la tâche de la réconciliation dans ce pays.

Au total, trois proches de l’ancien président ivoirien sont aux arrêts et répondront bientôt peut-être devant la justice d’un certains nombre de griefs.  L’arrestation ce dimanche de Laurent Akoun, Secrétaire général du FPI intervient quelques jours seulement après celle de son adjoint, Alphonse Douati, et vingt et quatre heures après celle du porte-parole de Laurent Gbagbo, Justin Koné Katinan, arrêté au Ghana et dont les autorités ivoiriennes négocient actuellement l’extradition.

Décidément, le processus de réconciliation en Côte d’Ivoire semble grippé avec la résurgence ces dernières semaines d’attaques qui n’ont pas encore été élucidées. Avec l’arrestation des responsables du FPI ces derniers jours, ce processus s’annonce même une tâche quasi impossible pour Alassane Ouattara qui en avait fait une des urgences de sa présidence.

En effet, la situation confuse créée par les attaques qui ont ciblées aussi bien les Forces républicaines que le QG de campagne du FPI et les locaux d’un groupe de presse pro-Gbagbo, est un argument pour les deux camps qui s’accusent mutuellement. Les arrestations des responsables du FPI  et l’extradition demandée du porte-parole de Laurent Gbagbo arrêté au Ghana, toutes liées pour une grande part aux troubles de ces derniers jours, risquent de ne rien arranger. Elles apportent plutôt de l’eau au moulin des partisans de l’ex-président dont on sait qu’ils sont prêts à faire flèche de tout bois pour  tenter de toucher le talon d’Achille du pouvoir actuel, tout en se servant d’une position moins inappropriée de victimes.

Le pouvoir d’Alassane, l’homme aux “solutions” encore introuvables, fait face une fois de plus à la dure épreuve de combiner la nécessité de la réconciliation dont le pays a besoin à celle de la justice et de la lutte contre l’impunité. Le temps pour lui et ses partisans de se rendre à l’évidence et de marcher désormais sur des œufs.

Justin Yarga

Journaliste web qui teste des outils de Webjournalisme et datajournalisme, Media strategy consultant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre