Et si les terroristes se mettaient à raffoler de l’Africain ?

530 0
(Ph : erta-tcrg.org)

Cette litanie-là tombait dans l’habituel : « Les Français n’entendent point négocier avec les terroristes la libération d’un otage français détenu par des terroristes ». C’est normal que cette note-là paraisse discordante : « le gouvernement algérien a toujours refusé de directement négocier, pour obtenir la libération de ses ressortissants ». Malheureusement, elle devient récurrente.

Otages africains ? Peu pour terroriste !

Les islamistes avaient rassuré d’une certaine façon les Africains en ayant tout le temps un grand appétit pour les otages occidentaux, libérant dédaigneusement parfois même certains ressortissants africains malencontreusement pris, comme un pêcheur qui retrouverait dans sa nasse du menu fretin qu’il s’empressait de jeter à la mer. Preuve que les habitants du berceau de l’humanité n’avaient aucun attrait particulier pour les terroristes.

Cependant, cela fera la deuxième fois que des fils de l’Algérie se retrouvent entre les mains des islamistes, premièrement d’Ansar Dine, et maintenant du MUJAO. En effet, une vidéo a été publiée dimanche dernier montrant un diplomate algérien pris en otage depuis avril par le MUJAO et qui supplie son Etat de le libérer contre ce que réclament ses ravisseurs, notamment la libération de trois islamistes arrêtés par Alger.

Otages africains ? Ya Allah, intéressant !

C’est à croire donc que les islamistes sont en train de muter de la race des carnivores exclusifs pour rejoindre celle des omnivores qui ne dédaignent plus les poissons africains. Ce qui signifie que le continent noir n’est plus à l’abri des prises d’otages si tant est qu’il présente quelque attrait transactionnel.

Les pays africains devront maintenant faire attention quand ils parleront des islamistes. L’Algérie est connue pour être parmi ceux qui mènent la vie dure aux terroristes dans la sous-région. Elle était citée, avec la Mauritanie, comme l’un des acteurs incontournables de la lutte contre le terrorisme dans la bande sahélo-saharienne. Ceci expliquerait alors cela.

Si tu m’attaques, je prends otages !

Dans ce cas, qu’arriverait-il si les pays africains se coalisaient pour frapper le Nord Mali ? A rappeler que les islamistes avaient menacé de s’en prendre à quiconque voudrait embarquer dans les cargos de la mission « expéditive », tant annoncée mais toujours en gare, du Nord Mali. Que se passerait-il si, pour justement peser contre cette attaque, les occupants du Nord Mali se mettaient à prendre en otages tous les ressortissants des pays « guerriers » et à menacer de les exécuter ?

Qu’est-ce qui prouve d’ailleurs que ce scénario ne se mettrait pas en place même si on arrivait à chasser les islamistes du Nord Mali ? Il ne faut pas oublier que le terrorisme est immatériel et insaisissable par essence. Il n’est pas exclu que les terroristes, alors dispersés aux quatre coins de l’Afrique comme les éclats d’une bouteille, s’en prennent, dans un esprit vengeur, à  ceux qui ont contribué à briser le rêve d’avoir un Etat ; cet Etat qu’ils sont actuellement en train de construire avec la minutie de fourmis maçonnes.

Mais en attendant, l’Algérie est seule pour l’instant à faire les frais de la machine à prendre des otages des islamistes. Mais pour combien de temps ?



Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Article similaire

Il y a 1 commentaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *