Appuis budgétaire de l’UE: près de 33 milliards de CFA pour le Burkina

495 0

L’Union européenne a versé 32,9 milliards de francs CFA de dons (50,1 millions EUR) au budget de l’Etat burkinabè ce mois d’août 2012, dans le cadre du « Contrat OMD – Appui budgétaire pour la croissance et la réduction de la pauvreté ».

On rappellera que le « Contrat OMD » a été conclu en 2009 entre l’Union européenne et le Burkina Faso dans le cadre du 10ème Fonds européen de développement, pour une durée de six ans (2009-2014). Son objectif est de soutenir le Gouvernement burkinabè dans ses efforts de lutte contre la pauvreté et d’atteinte d’une meilleure performance économique.

Ce contrat met l’accent sur le renforcement du financement des secteurs sociaux de base que sont la santé et l’éducation primaire. Ce contrat, qui a bénéficié de quatre augmentations financières depuis 2010, s’établit aujourd’hui à 226 milliards FCFA (344,54 millions EUR).

Depuis le démarrage de sa mise en œuvre en 2009, le contrat OMD, en apportant des ressources significatives au budget de l’Etat, a largement contribué à améliorer l’accès des populations aux services sociaux de base, comme stipulé clairement dans les conclusions de la Revue à mi-parcours de ce contrat, réalisée en juillet 2011.

Dans le domaine de la santé, on peut notamment souligner les progrès en santé maternelle. Par exemple, le taux d’accouchement assisté est passé de 64 % en 2008 à 78 % en 2011. Dans le domaine de l’éducation primaire, nous pouvons citer les progrès relatifs à la scolarisation, notamment des filles, dont le taux brut de scolarisation est passé de 67 à 78 % entre 2008 et 2011.

Ce versement porte à 153,9 milliards FCFA (234,63 millions EUR) le montant total décaissé depuis 2009. Il tient notamment compte des facteurs suivants :

–        Le pays a pu maintenir la stabilité du cadre macro-économique malgré la crise sociopolitique de 2011 et le déficit céréalier de la dernière campagne agricole.

–        Concernant la gestion des finances publiques, le pays a poursuivi ses efforts de maîtrise des dépenses totales et d’amélioration des performances en matière de collecte des recettes. Néanmoins, d’importants progrès restent encore à faire en matière de contrôle externe, de transparence budgétaire et de maîtrise dans le domaine des marchés publics. Les défis restent encore énormes pour le budget de l’Etat, qui doit faire face d’une part à la crise alimentaire nationale et à l’arrivée massive de réfugiés maliens due à l’instabilité politique dans ce pays, et d’autre part au coût des élections législatives et municipales qui se tiendront en décembre 2012.

–        En 2011, a mise en œuvre de la Stratégie de croissance accélérée et de développement durable (SCADD) a enregistré des progrès avec la mise en place des cadres de dialogue entre partenaires techniques et financiers, ministères sectoriels, secteur privé et société civile, véritables organes d’animation du dispositif de pilotage de la SCADD.

Le présent décaissement fait suite à un précédent décaissement de 642,84 millions FCFA (980 000 EUR) versé en avril dernier, qui avait pour but d’aider le Gouvernement à réduire le déficit budgétaire, survenu après d’importantes dépenses engendrées par la crise alimentaire qui sévit dans le pays depuis fin 2011. Celle-ci a en effet nécessité un plan de réponse de la part du Gouvernement burkinabè pour soutenir et protéger les populations les plus vulnérables.

 

Communiqué de presse de l’Union européenne

NB: la titraille est de la rédaction

 

 



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *