Gambie : Jammeh ou l’executioner* non stop

450 2

Décidément, il faudra plus que des larmes, des yeux de braise et des sermons faits à des diplomates transis pour faire broncher  Yahya Jammeh ! Après les 9 condamnés à mort exécutés dominicalement, dont deux ressortissants du pays de la Téranga,  17 autres ont été envoyés ad patres ce mercredi.

Jammeh se moque du monde

Le successeur de Dawda Jawara tire donc la langue à toute la horde qui crie haro sur le baudet et tintamarre des casseroles depuis qu’il a  fait ses morbides promesses. A commencer par son voisin de palier, le Sénégal. La convocation d’un pauvre ambassadeur à qui on a frotté les oreilles à Dakar n’a fait ni chaud ni froid du côté de Banjul.

La friction diplomatique n’aura donc aucun effet sur la détermination de Jammeh. Que  restera-t-il maintenant au Sénégal pour empêcher que son dernier ressortissant ne rejoigne l’au-delà du pays Wolof ? Expédier l’ambassadeur gambien chez  lui dans une valise non diplomatique ? Assurément pas de quoi remuer le bout de babouche de Yahya Jammeh.

Les Mouvements de défense des droits de l’homme appellent bien les dirigeants africains à s’ériger contre le président gambien. Mais combien d’entre eux oseront jeter le premier la pierre en clamant n’avoir jamais péché dans la mare de la peine de mort ?  Et de quels moyens disposent-ils pour faire entendre raison au seigneur de Banjul ?

Qui n’a jamais péché…

C’est cette même question qui coince dans la gorge des Etats-Unis quand ces derniers veulent prononcer leur sermon sur le respect des lois et règles internationales dans la mise à mort des condamnés. Ironique, le bourreau qui donne des leçons de morale à son collègue bourreau !

En tout état de cause, Jammeh semble décidé à aller jusqu’au bout de sa funeste entreprise qui combine lubie de roi incontesté, bravade  de dictateur fâché d’être tombé dans l’oubli et volonté de faire d’une pierre des coups dont on ne cerne pour l’instant pas les destinataires.

Executioner : bourreau en anglais américain



Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Article similaire

Il y a 2 commentaires

  1. “que celui ou celle qui n’a jamais p?cher jette la premi?re pierre ? se con de pr?sident”. c’est dommage et regrettable ses actes abominables dont personne n’ose broncher! Tuer, tuer et tuer pour ne pas r?gner ?ternellement!j’ai honte de se bas monde;

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *