Enseignement technique et professionnel : Des assises francophones sur l’insertion socioéconomique des jeunes

225 2

La Conférence des ministres de l’éducation des pays ayant le français en partage (CONFEMEN) a convié la presse ce lundi 3 septembre 2012 à une conférence pour informer de la tenue des assises  sur l’enseignement et la formation techniques et professionnels (EFTP). Ces assises, qui auront lieu du 4 au 7 septembre 2012 à Ouagadougou, auront pour but de donner des recommandations sur « quelles compétences professionnelles et techniques pour une meilleure insertion socioéconomique des jeunes ».

« Quelles compétences professionnelles et techniques pour une meilleure insertion socioéconomique des jeunes ? », c’est le thème général des assises de l’EFTP. Il sera étudié sous trois angles : l’orientation politique et les structures gouvernementales, la gestion centrale de la formation formelle et non formelle, et le développement des compétences en tant que responsabilité partagée.

Boureima Jacques Ki, secrétaire général de la CONFEMEN, a situé l’objectif général de ces assises, qui est  l’adoption de recommandations et des orientations stratégiques en vue de l’élaboration ou de l’amélioration des plans d’action nationaux en enseignement et formation techniques et professionnelles (EFTP).

Ces recommandations seront-elles mises en œuvre ?

Elles  serviront ainsi de cadre pour faire l’état des lieux des réformes entreprises depuis les assises de Bamako en 1998. En plus, c’est une tribune  pour les 44 Etats et gouvernements membres de partager leurs expériences et les bonnes pratiques en matière de politique d’enseignement et de formation techniques et professionnels (EFTP).

Le Secrétaire général de la CONFEMEN, Boureima Jacques Ki (Ph : Burkina24)

Ces recommandations seront-elles réellement mises en œuvre et suivies ? Le SG répond : « Une stratégie de suivi sera définie pour le suivi de la mise en œuvre des recommandations ».  Comment ? Il continue : « Cela est traduit dans le plan d’action de la CONFEMEN et de l’OIF et aux différentes réunions  de chacune de nos instances nous faisons le point ».

Adapter la formation aux besoins des employeurs

 Et que faire pour trouver une solution au problème d’inadéquation formation/emploi ? De l’assurance de Boureima Ki, une formation technique et professionnelle adaptée aux besoins des employeurs afin de mieux assurer une meilleure employabilité des jeunes est une question qui occupera également les participants. Pour Barbara Murtin, spécialiste de l’OIF, le couplage de la formation à l’économie est une nécessité.

Pour rappel, ces assises sont organisées par la CONFEMEN et l’OIF en collaboration avec le gouvernement du Burkina Faso et en partenariat avec l’Association internationale des maires francophones (AIMF), de la Direction du développement et de la coopération DDC /Suisse et de la Direction de la coopération du développement du Grand-duché de Luxembourg. Elles attendent 300 participants venus de 30 pays francophones.

Marcus G.J. KOUAMAN (Stagiaire)

Il y a 2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre