Avenue du Musée national : « Tant qu’on n’arrange pas, on n’ira pas voter ! »

558 0
Les riverains dénoncent la dégradation de l’Avenue du Musée national (Ph: Burkina24)

Les riverains de l’Avenue du Musée national ont manifesté en barrant la rue le matin de ce samedi 8 septembre 2012 à Ouagadougou. Ils disent continuer leur mouvement jusqu’à ce qu’on les entende ou ils n’iront pas voter en décembre.

« Allez voter, allez voter ! On ne va pas voter tant qu’on n’arrange pas la voie ! » Ainsi s’exprimait le sexagénaire riverain de l’Avenue du Musée national sorti soutenir ses « fils » qui ont déclenché une manifestation spontanée pour protester contre la dégradation de ladite avenue.

« Regardez au niveau de la station Total, c’est un lac et non plus une voie », s’exclame furieuse une riveraine. « La pluie du dimanche, des camions sont restés ici embourbés ! continue-t-elle. Des gens ont failli se noyer ici. » En effet, la voie incriminée est une suite de trous, de crevasses, d’ornières, de flaques d’eau et de boue, rendant fastidieuse son usage.

Les manifestants ont bloqué pendant une ou deux minutes le boulevard principal avant de le libérer (Ph: Burkina24)

Eclairée mais pas utilisable

Tous les moyens sont bons pour se faire entendre (Ph : Burkina24=)

« Quand ton enfant tombe malade, il te faut mettre 20 à 30 minutes pour arriver au goudron et pouvoir rejoindre la pédiatrie », se plaint un usager.  « C’est quelle voie où il y a l’éclairage et puis on ne peut pas circuler », raille un autre.

Les manifestants ont donc bloqué le passage aux autres usagers avec des pneus, des  roches, des bancs, des branchages, des sacs de poubelles. Ils ont ensuite barré pendant environ 2 minutes le boulevard central avant de le dégager suite à l’intervention des plus vieux, arguant qu’ils n’en avaient pas le droit.

« C’est comme ça qu’il faut se faire entendre ! »

« Nous savons que ce n’est pas légal, mais on nous a appris qu’à Ouagadougou, c’est comme ça qu’il fallait se faire entendre », argumente un riverain. « On a essayé  à plusieurs reprises de voir le maire, mais en vain. On a même un conseiller municipal qui habite ici dans le quartier, mais est-ce que vous le voyez ici ? »

C’est quelle voie éclairée où on ne peut pas circuler ?” (Ph : Burkina24)

Par ailleurs, les riverains remercient le pasteur Mamadou Karambiri, car, de leur avis, depuis 1987, c’est lui qui fait racler l’avenue. « Pourtant, il y a des personnalités qui viennent dans son église, et puis il y a le LTAC (Lycée technique Amilcar Cabral) », dit une manifestante.

Les riverains comptent barricader la voie ce dimanche pour faire voir la réalité aux personnalités qui l’empruntent pour aller à la messe (Ph : Burkina24)

Justement, les mécontents projettent de rebeloter leur mouvement ce dimanche, afin de faire « voir la réalité » aux personnalités qui l’emprunteront pour aller à la messe.



Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *