Les histoires insolites de Tanga : Mariage un lundi

504 0
(Ph : feedesmerveilles.com)

La loi n’interdit pas de se marier un autre jour que jeudi ou samedi. Mais peut-on briser une tradition s’il n’y a péril en la demeure ? Cette fiction est construite avec les cendres d’une histoire vraie.

Germain n’aimait pas le conventionnel. Il marchait nu là où tout le monde doit être couvert et se couvrait à l’endroit où le conventionnel voudrait qu’on soit dénudé. Fidèle à son principe, c’est ainsi qu’il se mit en tête de marier sa femme le jour même où il la rencontra.

C’était un lundi.

Il demanda Gertrude en mariage le matin où il la poussa par inadvertance et qu’elle se blessa au poignet en tombant dans le hall d’un hôtel. Malgré la réprobation de tous (exceptés les parents de la fille car Germain était nanti et leur fille désespérait d’avoir un mari), les invitations furent confectionnées et le maire fut mis à contribution. Peut-on résister au doux bruissement de certaines feuilles ? L’édile enclencha la procédure du mariage d’urgence.

Pas de jeudi ou de samedi qui tienne

Les parents et ceux qui aimaient  Germain attirèrent son attention sur le fait qu’un mariage en dehors du jeudi et du samedi ne doit être dû qu’à une extrême urgence, à la limite d’une perte de vie. Germain répondit : « La vie même est une urgence et je me marierai aujourd’hui, et pas un autre jour ».

Et la série de catastrophes commença. La belle-mère se plaignit d’une migraine qui la cloua au lit. La future mariée se brisa un ongle qui saigna abondamment. Le futur marié glissa dans sa douche et se fracassa le bras. Mais il n’en eut cure. On prescrit des calmants à la maman, banda le doigt de Gertrude et un plâtre sommaire enroba le bras de l’autre et il devança la mariée à la mairie.

Et…

Mais la mariée n’arriva pas au siège de la municipalité. Un âne  traversa soudainement  la route et fit faire plusieurs tonneaux à la voiture chamarrée qui roulait cependant à 10 km à l’heure. Germain éploré courut dans son véhicule comme un fou et son pneu se déboîta au moment précis où il arriva sur les lieux de l’accident.

Le maire s’étrangla avec son écharpe d’élu à l’accrochant à la poignée de la porte de sa chambre.

Les cadeaux préparés pour les mariés furent remis à titre posthume.

Simple coïncidence malheureuse ? Funeste coïncidence, s’il en est.

Votre serviteur Tanga ([email protected])



Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Article similaire

Il y a 1 commentaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *