Libye: La mort de l’ambassadeur Américain, un autre 11 septembre dur pour l’Amérique

656 0
Le consulat Américain après l’attaque (Image AFP)

L’information fait l’effet d’une bombe.L’Amérique est victime d’un autre 11 Septembre. On apprend en effet, qu’hier 11 Septembre, date de la commémoration des attentats du World Trade Center, des hommes en armes ont pris d’assaut le consulat Américain à Benghazi. Le bilan est de quatre Américains tués  parmi lesquels l’Ambassadeur Américain J Chistopher Stevens.

L’information a été confirmée par le Vice-ministre Libyen de l’intérieur, et a fait l’objet d’une condamnation de la part du Congrès National Général (la plus haute instance politique de la Libye post Kadhafi). La Secrétaire d’Etat Américaine Hillary Clinton a vivement réagi à cette information et dit combien de tels comportements (en parlant également de la manifestation du Caire dans la même journée) étaient inadmissibles et ne seraient pas tolérés par les Etats Unis.

L’attaque est attribuée à des manifestants islamistes armées qui protestaient contre la diffusion d’un film jugé “insultant” pour l’islam . Le film “innocence of muslims” (innocence des musulmans), jugé provocateur, a été financé par un entrepreneur Israélo-Américain, Sam Bacile, qui affirmait que “l’islam est un cancer”. Le film a reçu les faveurs du très controversé Pasteur américain Terry Jones qui avait publié des vidéos où il brûlait des Corans. La diffusion du film a également frustré au Caire où des manifestants, à majorité salafistes, ont également manifesté devant la représentation diplomatique américaine et arraché son drapeau qu’ils ont remplacé par un drapeau islamiste.

Démocratie à la roquette ou à la barbe!

Ce drame qui intervient le jour d’une commémoration douloureuse pour les Américains ne saurait être analysé  sans faire référence à l’intervention militaire de l’OTAN qui a emporté le Colonel Kadhafi le printemps dernier.

Comme dans de nombreux pays Arabes où les occidentaux ont affirmé sur tous les toits qu’il s’agissait de mouvements démocratiques, notamment en Egypte et en Tunisie,  l’on se rend compte en Libye que le cancer islamiste est bien là et qu’il est bien enraciné: c’est la “démocratie à la Barbe”. “Bienvenue en démocratie à la roquette” disait l’autre.

Il faut le dire, sous Kadhafi, il y avait certes des évolutions majeures à faire en matière de libertés et d’Etat de droits mais, la sécurité était le cadet des soucis des Libyens et ce ne sont pas les Américains qui diront aujourd’hui le contraire. Depuis les attentats du 11septembre 2001, les USA n’avaient pas été si durement touchés par des actes terroristes avant cette “autre attaque du 11 Septembre”.

En Libye depuis la chute du Raïs et son assassinat, le pays est plongé dans une anarchie qui ne dit pas son nom; aucune autorité centrale ne peut prétendre contrôler le territoire qui est abandonné à des barons locaux, tribaux ou islamistes qui font régner leur loi. L’autorité politique qui semblait avoir fédéré les opposants Kadhafistes a volé en éclat et il est bien loin le temps où la communauté internationale avait un interlocuteur crédible en face de lui.

Qui plus est, les Américains sont frappés encore une fois par des individus  entraînés, formés et équipés par leurs soins. Les leçons du passé n’ont pas été tirées et, les mêmes causes produisant les mêmes effets, l’Amérique pleure un nouveau 11 Septembre.

Il sied de se demander maintenant si les USA comprendront cette fois la leçon qui est qu’il faut distinguer dans la rue arabe, les civils des salafistes et donc agir en conséquence. C’est d’autant plus important qu’aujourd’hui les américains et les occidentaux de manière générale arment et forment en Syrie des “rebelles” qui chaque jour, un peu plus dévoilent leur visage islamiste; surtout que dans cette région, Israël risque de se retrouver en plein milieu d’une cage à lion, en première ligne face à la haine islamiste contre les USA.

Pour faire partir les tirants, il y a sûrement une autre solution que de les livrer à des islamistes qui se retourneront toujours contre leur “Grand Satan”! On comprend dès lors, les craintes de la communauté chrétienne de Syrie qui ne veut pas subir les même conséquences qu’en Irak après la chute de Saddam Hussein.

Youssouf Bâ



Youssouf Bâ

Juriste, Spécialisé en Droit de l'Intégration. Journaliste, Poète.

Article similaire

There are 1 comments

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *