Gambie : Jammeh rengaine son revolver … pour combien de temps ?

392 0

Yayah Jammeh a finalement renoncé à balancer au bon Dieu la dizaine de condamnés à mort qui restaient dans les geôles gambiennes. Dans un communiqué diffusé le vendredi dernier, un moratoire remettait le souffle divin dans les poumons des prisonniers qui se voyaient déjà dans la tombe.

Tout, sauf les droits humains

Les raisons de cette magnanimité subite du Seigneur de Banjul ne sont pas à chercher dans son amour pour les droits humains. Non ! Il n’a pas eu pitié des prisonniers mais plutôt des larmoiements des différentes voix venues s’agenouiller devant lui pour lui demander pardon, les coudes sur le sol, d’épargner la vie de ces condamnés. On se croirait revenu au temps du règne des supers empereurs !

La peur que son pays ne soit classé no man’s land, chose mauvaise pour l’économie, a également fait fléchir la volonté du président gambien. Il a dû se dire qu’il y a des limites à tout, même aux caprices d’un dirigeant aussi souverain et indépendant que lui.

Le cran de sécurité du revolver est-il mis ?

Quoi qu’il en soit, comme une femme qui voudrait tester sa puissance de séduction, Yayah Jammeh peut se gargariser d’avoir monopolisé toute l’attention du monde et vu à ses pieds des gens qui comptent. Il s’est rendu compte qu’il lui est possible de mordre jusqu’à un certain point la queue du lion et ne recevoir en représailles que des grognements diffus et bénins.

C’est pour cette raison qu’il ne faut se réjouir outre mesure de son moratoire. En regard des conditions qui y sont d’ailleurs assorties, se dire que rien n’est gagné pour le respect des droits  humains dans ce pays est plus prudent. Cela évite en tout cas d’être trop surpris par les tours non recommandables que Jammeh peut encore cacher sous ses boubous de président au règne sans partage.

Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *