Le tourisme au Burkina Faso : un secteur à soutenir

754 2
Les Cascades de Banfora (Ph :karimaboul.travelblog.bf)

Du 27 au 30 septembre 2012, le Burkina Faso organise la 9e  édition du Salon International du Tourisme de Ouagadougou. Placé sous le thème « Tourisme et transport au Burkina Faso: Quelle stratégie pour une meilleure desserte? », cette rencontre internationale qui se veut un grand rendez-vous des différents acteurs du tourisme est aussi le lieu de faire l’état des lieux du tourisme au Burkina Faso.

Au cœur d’une Afrique de l’ouest où ses voisins traversent diverses crises, le Burkina Faso veut attirer vers lui des visiteurs de provenances diverses. Pour cela, les autorités en charge du tourisme ont pris des dispositions pour faire de ce secteur un pôle important de la croissance économique du pays. Pour son financement, au cours de la période 2003-2007, les pouvoirs publics ont investi 2 131 604 000FCFA (hors salaires des agents). L’Etat burkinabè a également mis en place, une Politique Nationale du Tourisme avec un cadre juridique élaboré pour encadrer cette activité. Cependant, concernant la formation dans ce secteur, il ressort que l’offre formelle de cet aspect des choses est faible. Le nombre d’établissements assurant ce travail est moindre que la demande.

L’investissement des particuliers

LA Guinguette à Bobo-Dioulasso (Ph : planete-Burkina.com)

Pour appuyer les efforts de l’Etat, des particuliers s’investissent énormément dans ce secteur. Réunis dans des associations nationales et avec des visées sous-régionales, les efforts faits par ces particuliers sont une source de renforcement du tourisme interne et même international.

L’Association Patronale des Hôteliers et Restaurateurs du Burkina (APHRB) est un exemple très apprécié dans ce secteur. Elle prend une part active dans l’organisation de toutes les éditions du SITHO. En plus de cela, au cours des vacances 2012, elle a fait une remise sur les chambres des hôtels appartenant à ses membres. Pour les vacances 2012, les Burkinabè qui désirent séjourner dans un hôtel de la place avaient une remise de 25% sur tous les standings.

L’Ouest, le chouchou 

Dans notre pays, la zone la plus prisée par les visiteurs, surtout étrangers, reste l’ouest. Pour, entre autres, son climat, ses ressources naturelles et hydriques prisées. Les cascades de Banfora, le mont Ténakourou (le plus haut point du pays) sont des attractions importantes. Les pics de Sindou sont devenus un site essentiel pour les voyageurs. Tous ceux qui l’ont visité ont été ravis par le professionnalisme des guides travaillant sur ce site.

Les pics de Sindou, un attrait touristique (Ph : Burkina24)

Le handicap du Nord

La zone du Nord a enregistré un net recul du nombre de visiteurs. Avec la présence des islamistes qui ont enlevé au Mali sa manne touristique, le Nord du Burkina Faso est aussi en proie à une perte de vitesse énorme de sa fréquentation. Pour visiter le pays Dogon, la majorité des touristes faisaient un passage par Ouagadougou, où ils atterrissaient pour continuer leur visite en voiture.

Cela profitait énormément au Nord du Burkina Faso. Ces touristes font des circuits qui les amènent de Ouagadougou à la frontière malienne en passant soit par Ouahigouya, soit par Dori et Oursi (pour visiter la mare). Mais avec la proximité de Douentza avec la région de Bandiagara, la fréquentation des touristes dans cette zone se raréfie. Cela joue également sur des secteurs connexes comme la location de véhicules et les activités des guides de tourismes.

Le tourisme interne, pourquoi pas ?

Si le tourisme c’est l’ensemble des activités se rapportant aux déplacements et aux séjours des personnes en dehors de leur environnement habituel pour une période consécutive n’excédant pas une année, à des fins de loisirs, affaires ou autres motifs, les populations locales devraient aussi s’adonner à cette activité pour apporter un soutien conséquent aux différents acteurs de ce secteur.

L’insécurité au nord Mali a des conséquences négatives sur le tourisme au Nord du Burkina. Ici, la mare d’Oursi (Ph : Wikipedia.org)

Au Burkina Faso, les populations s’adonnent rarement au tourisme. Pour la grande majorité des personnes rencontrées, le tourisme est un luxe auquel ne peuvent s’adonner que quelques personnes nanties. Pourtant, aller d’une ville à une autre ne devrait pas être seulement pour « raison de famille », mais pourrait aussi être pour voir les merveilles de la nature et les hommes qui peuplent notre territoire. Visiter un site touristique va aussi de l’enrichissement personnel du visiteur et de l’élargissement de son champ de connaissance. Aller à la rencontre d’autres réalités proches de chez soi est un acte très important.

Les Burkinabè doivent visiter aussi leur propre pays

Pour exemple, les habitants des villes comme Ouagadougou, Bobo-Dioulasso, Dori, Banfora, Sindou ne devraient pas hésiter à aller voir ce que renferment respectivement les sites de Laongo, la Guinguette, la marre d’Oursi, les Cascades et les pics que d’autres personnes font des milliers de kilomètres pour venir découvrir.

Aller aussi à des événements comme le FESPACO, la SNC, les Nuits Atypiques de Koudougou, les fêtes de masques dans les villages, les cérémonies coutumières de son village sont des attractions pour la construction de l’individu.

bktso1

Rialé est artiste-comédien et résidant a Ouagadougou.

Il y a 2 commentaires

  1. A mon avis le BURKINA Faso regorge bocou de ressourse naturelle non exploitable et non valorisable a l'instars des sites touristes.Si les autorit?s veulent promouvoir le secteur touristique ? l'echelle international.elles doivent assoir en premier lieu une politique interne qui permettra au Burkinab? surtout la jeunesse a prendre mieux conxience des diff?rents sites touristiques ke son pays possede, par exemple mettre dans le programme scolaire et universitaire des sorties chaque ann?e sur des sites, ensuite aider la population a mieux connaitre le pays m?me les villages les plus recul?s ? traver des projections vid?os dans des centres culturels, les quartiers ou des documentaires ? la t?l?.Par consequent, les Burkinab? pouront valoris?s et promouvoir avec certitude les potentialit?s touristiques ke son pays engendre face aux ?trang?s.le tourisme peut mieux apporter au budget de l'Etat

  2. Je crois que le Burkina a un potentiel touristique tr?s int?ressant, mais les europ?ens qui aiment l’Afrique, avec le meme budget, ont la possibilit? de choisir des r?gions comme le Kenia ou la Tanzanie ou le Sud-Africa qui offrent beaucoup d’actractives. A mon avis le Burkina doit proposer une sorte de tourisme diff?rent, alternatif, plus autentique, en developpent (entre autre) les s?jours chez les villages traditionels. Il s’agit de favoriser l’accueil des touristes dans des campements,ou dans les maisonnettes priv?es, parmis les gents des villages, ? la decouverte des cultures et des traditions indigenes. En meme temps on developpe une ressourse economique dont les b?n?ficiaries sont directement les communaut?s locales.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre