Bagrépôle: Les potentialités du site s’offrent à voir aux investisseurs

849 0
Une vue du fleuve Nakambé sur lequel est construit le barrage de Bagré. (Ph.B24)

Dans le cadre de la conférence des investisseurs, nous avons fait un tour sur le site du projet pôle de croissance de Bagré, avec environs quatre centaines de potentiels d’investisseurs présents au Burkina. Le constat est sans équivoque et les impressions que nous avons recueillies de ces derniers le confirme: tout ou presque y est en place et Bagré n’attend que les investisseurs. Bref récit d’un voyage sur le site du projet et des impressions recueillis auprès de quelques visiteurs.

Pour un début de conférence d’investisseurs, il n’y avait surement pas mieux que de se rendre sur le site qui attend ces investissements. Aux environs de 9h, nous entrions à Bagré, après trois heures de routes et avant le long convoi des investisseurs. A l’entrée du site, une forte pluie nous accueille. Comme pour annoncer le gros potentiel en matière d’eau d’une zone dont la pluviométrie atteint 950mm d’eau entre juin et octobre .

Et Bagré, c’est d’abord le plus grand barrage hydro-agricole du Burkina: 1,7 milliards de m3 d’eau. C’est de ce barrage, construit sur le fleuve Nakambé, que tout est parti, nous rappelle notre guide, M. Semdé, agronome et chargé d’appui technique à la Maîtrise d’Ouvrage de Bagré (MOB). Fort de cette ressources inestimable en eau et du haut de ce barrage, le potentiel en terres irrigables, estimé à 60 000 ha, se laisse apprécier d’une vue panoramique, avec par endroit les exploitations de quelques agro-businessmen déjà implantés.

Les impressions de visite de quelques potentiels investisseurs

Pour les potentiels investisseurs que nous avons rencontrés sur les lieux en fin de visite, les impressions se ressemblaient fort et faisaient ressortir la ressource en eau, le potentiel de terres irrigables et bien d’autres éléments de détails ayant retenu leur attention selon le domaine dans lequel ils veulent investir.

Lambert Kouldiaty, principalement dans l’informatique et parallèlement dans l’exportation des fruits et légumes: Bagré est plus qu’une opportunité. C’est ma première fois de venir ici et je suis plus qu’émerveillé. Je me rend compte en fait qu’on a une richesse qui est peut-être plus même que l’or.

Christian Asboth, de la société Buyer CropScience basée en Allemagne et dans le domaine des produits pour agriculture, semences, produits phytosanitaires: Pour l’instant c’est très intéressant. On ne sait pas encore comment on va saisir une opportunité. Il y a des produits qui nous intéressent, le riz ,le mais… demain on va suivre la réunion pour avoir un exposé théorique pouvoir saisir les opportunités qui se présenteront à nous. Mais déjà merci pour l’hospitalité.

Koudibi Zongo, PDG du groupe Sofnet, prestataire de services informatiques: Nous sommes très émerveillés par ce que nous avons pu voir ce matin et je pense que toutes les conditions sont réunies pour un succès évident  de ce projet. La nature à donné beaucoup d’avantages à cet endroit et ce qui m’a le plus impressionné c’est la disponibilité en quantité de ce qu’on peut appeler ici la matière première, l’eau, ainsi que de l’espace. [Par rapport aux services de Sofnet]Vous savez aujourd’hui tous les secteurs d’activités ont besoin de l’informatique. On ne peut pas développer une activité d’une grande ampleur sans intégrer le volet gestion. Et qui dit gestion, fait appel aux services informatiques. Donc ces service feront partie des services critiques qui vont soutenir le développement et renforcer la communication avec le reste du monde. Comme vous le savez, une chose sera de produire et une autre sera de commercialiser. En ce moment l’ensemble des services que nous allons proposer va permettre à tous les acteurs, producteurs et acheteurs de trouver leur compte.

Koné Yacouba, représentant une société d’import export dans le domaine de l’agro-alimentaire: Je suis là au titre de mon employeur pour voir comment les choses se passent ici, quels sont les avantages et qu’est-ce qu’on peut réellement faire. Pour le moment c’est le site qu’on a vu et il y a tout ce qu’il faut, notamment l’eau et les parcelles aménagées. On attend demain pour connaitre les dispositions pour pouvoir acquérir les parcelles et pour investir.  

Comme en témoignent ces propos, le “speed dating” semble avoir été un succès  pour l’État burkinabé et la Banque mondiale, en attendant les ateliers et plénières de la conférence, qui présenterons d’autres éléments, pour convaincre  les potentiels investisseurs que le slogan, investir à Bagré c’est faire des bonnes affaires n’est pas seulement un jeu de mots.



Justin Yarga

Journaliste web qui teste des outils de Webjournalisme et datajournalisme, Media strategy consultant.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *