Croissance économique et lutte contre la pauvreté : une mission du FMI au Burkina

465 0
Le ministre de l’Economie et des Finances avait à ses côtés le ministre délégué chargé du budget. PhotoB24

Le ministre de l’Economie et des Finances, Lucien Marie Noël Bembamba, a eu une séance de travail le mercredi 19 septembre 2012 avec une mission du Fonds monétaire international (FMI), dans le cadre de la coopération entre le gouvernement burkinabè et l’institution financière internationale.

En effet, le FMI envoie une mission qui évalue tous les six mois la mise en œuvre du programme économique et financier pour la croissance  économique et la lutte contre la pauvreté, programme soutenu sur la période 2010-2013 par le fonds, via l’instrument Facilité élargie de crédit (FEC).

La délégation du FMI, conduite par Laure Redifer, a voulu avoir  des informations en ce qui concerne certains domaines liés à la mise en œuvre du programme ; entre autres le programme de sécurité alimentaire, la croissance économique,  le coût du carburant, la contribution du secteur minier, la pression fiscale, la soutenabilité de la dette du Burkina.

Le ministre Lucien Marie Noël Bembamba a d’abord rappelé le contexte dans lequel le programme se met en œuvre, constitué souvent d’obstacles – la crise de la zone euro, la guerre au Mali, la crise alimentaire, les élections couplées de décembre 2012 – et parfois d’aubaines – la stabilité en Côte d’Ivoire, la bonne campagne agricole en cours.

Il a rassuré la mission que le programme évolue bien grâce aux différentes réformes entreprises dans le domaine de la gestion des finances publiques, réformes qui ont abouti à des performances dans la mobilisation des ressources internes pour soutenir le développement. Ce qui est, du reste, la vision du gouvernement de financer le développement par les ressources propres.

Le financement des projets et programmes par priorité, la déconcentration du ministère de l’Economie et des Finances vers les autres départements ministériels, la réorganisation du département ont pour but d’accompagner le programme de façon efficiente et de mieux prendre en charge certaines missions.

Au regard de toutes ces réformes structurelles et fonctionnelles engagées en faveur de la réalisation des objectifs du FMI via le programme soutenu, Laure Redifer a félicité le ministère de l’Economie et des Finances, et partant, le gouvernement tout entier pour les efforts consentis.

La mission se poursuit jusqu’au 3 octobre 2012 et une autre revue aura lieu en décembre prochain pour faire le point de l’année écoulée et définir les objectifs de 2013.



Article similaire

Il y a 1 commentaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *