ONU: au-delà du Mali, les attentions sur tout le Sahel à l’Assemblée générale

171 0
un.org

La 67e Assemblée générale des Nations Unies ouverte ce mardi, place les dirigeants du monde une fois de plus face à des défis de taille. La Syrie, l’Iran, mais aussi le Mali, voila des dossiers qui attirent l’attention du monde vers New-York où se tiendra d’ailleurs, en marge du débat général, une rencontre spéciale sur la situation au Sahel.

C’est un agenda chargé de sujets de crises que les chefs d’Etats et de gouvernement de l’Organisation des Nations Unies devront tenter d’épuiser au cours et en marge de cette 67ème Assemblée générale. L’Afrique, y occupe une part importante, avec une situation sécuritaire inquiétante un peu partout sur le continent: Soudan et Soudan du Sud, République démocratique du Congo, mais surtout, le Sahel avec le Mali.

Pour sûr,  les questions de paix et de sécurité vont occultés pour l’instant celles de développement, en témoigne le sommet, en marge des travaux de l’Assemblée générale, consacré au Sahel et qui s’avère une bonne pioche. Justement parce qu’il est grand temps de s’attaquer fermement à la détérioration de la paix qui rend vain tout effort de développement dans une région où l’insécurité alimentaire est aggravée par des crises multiformes. Et si l’on peut encore douter de ce que ces grandes assemblées annuelles de l’ONU peuvent changer les choses, on pourrait tout autant se nourrir d’espoir en se rappelant que l’insécurité au Sahel affecte déjà des pays hors du continent, qui ont tout intérêt à s’impliquer dans les dossiers africains.

Il faut donc saluer l’initiative de ce sommet sur le Sahel et souhaiter qu’une fois adoptée, la stratégie globale ait tous les moyens et appuis pour donner des résultats. Car, au-delà du Mali qui a fait prendre conscience au monde de la menace sécuritaire sur toute une région, c’est tout le sahel qu’il est devenu nécessaire de sauver de cette menace, alors que la crise malienne y fait jour après jour le lit de l’extrémisme religieux et du terrorisme. Mais un premier pas et le plus urgent pour toute la communauté internationale reste la résolution de cette crise qui n’a que trop durer.

Justin Yarga

Journaliste web qui teste des outils de Webjournalisme et datajournalisme, Media strategy consultant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre