Délestages: « Un week-end ténébreux » pour les Ouagalais

122 0
Les Ouagalais disent avoir souffert de ces délestages (Ph : Ouaga-ca-bouge.net)

Les dimanche 23 et  lundi 24 septembre  2012 ont été des jours rudement vécus  par les Ouagalais. Pour cause, des coupures intempestives de courant qui ont marqué ces 48 heures et qui n’ont pas été sans conséquences. Quelques uns se prononcent.

« Deux jours ténébreux ! » C’est ainsi que Abdouramane Dicko, étudiant en médecine, qualifie les 48 heures de délestages à Ouagadougou. Il s’explique en ces termes : « J’ai  vécu  ces 48 heures de coupures avec désarroi, car nous sommes en plein examen. Seules les nuits sont nos moments de révision car  les journées sont consacrées aux stages hospitaliers.»

Dégâts

 Ce n’est pas seulement le monde estudiantin qui a souffert. « Ces deux jours furent catastrophiques pour moi », déclare Malick Ouédraogo, gérant de cyber café qui explique que « non seulement ces coupures ont ralenti mon marché, mais aussi ont été la cause d’un dégât technique ». Son appréciation ? « Je pense que la SONABEL  ne joue pas pleinement son rôle ».

« Nous n’avons plus confiance à la SONABEL ! », renchérit Alassane Sawadogo, gérant de maquis. Pour ce gérant, les problèmes de délestages ne datent pas d’aujourd’hui et que le scénario se répète. Il ajoute que chaque année, la SONABEL rassure la population en disant que des solutions seront trouvées sans que cela ne soit effectif.

« Il faut que des sociétés privées s’installent »

Mais ces Ouagalais ne se sont pas contentés de critiquer. Ils ont aussi des propositions de solutions.  Alassane Sawadogo estime qu’il faut plus de décentralisation au niveau du service de dépannage de la SONABEL. « Faut-il chaque fois attendre que la solution vienne de  Ouagadougou » pour réparer les pannes qui surviennent ? Il va plus loin : « Il faut que des sociétés privées s’installent pour que la concurrence entre elles et la SONABEL soit rude, car chacun voudra  montrer sa compétence. »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre