Burkina: dernière session parlementaire pour les députés de la IVe législature

356 0
Le Président de l’Assemblée nationale du Burkina, Roch Marc Christian et celui de la Côte d’Ivoire, Guillaume Soro, à l’ouverture de la 2e session parlementaire de 2012, ce mercredi 26 septembre. (Ph.B24)

La deuxième session ordinaire de l’assemblée nationale s’est ouverte cet après-midi du mercredi 26. La première séance de cette session, dite session du budget et qui est la dernière d’une législature prorogée, a connu la présence de deux invités de marque: le président de l’Assemblée nationale de Côte d’ivoire et le représentant de celui de la République démocratique du Congo.

Alors que se profilent à l’horizon les élections du 02 décembre 2012, les députés de la IV législature sont entrés dans la dernière session parlementaire de leur mandat, prorogé en mai dernier. Dans l’agenda de cette session, appelée session budgétaire, bien sûr le dossier de la loi de finance 2013, 14 autorisations de ratification et 9 projets de loi. Un agenda que le Président de l’Assemblée, Roch Marc Christian Kaboré a appelé les députés a bien exécuté, malgré la campagne électorale et les élections qui interviendront au cours de la session.

A propos des élections, le président de l’Assemblée nationale a salué les résultats de l’enrôlement biométrique et appelé ceux qui trouvent encore à redire a se rallier à la “solution de sagesse de la CENI, de maintenir la tenue des élections couplées le 2 décembre 2012”. Actualité sur le rapport de l’ASCE commande, la Représentation nationale, par la voix de son président, a tenu à encourager le gouvernement, à travers le Premier ministre présent à l’ouverture de la session, pour son “engagement constant à améliorer la gouvernance” au Burkina, qui a rencontré au cours de l’année le premier exercice d’enquête parlementaire dans l’intersession.

Vue partielle des députés à l’ouverture de la dernière session de leur mandat. (Ph.B24)

Guillaume Soro: Quel citoyen burkinabé n’est pas l’un des miens? 

L’actualité sous-régionale avec la crise malienne a été évoquée au cours de la cérémonie officielle de rentrée parlementaire qui a surtout prêté sa tribune au président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, Guillaume Soro, et au rapporteur de l’Assemblée nationale, Norbert Ezardi, représentant du président de l’Assemblée nationale de la République démocratique du Congo. Dans un contexte de tension entre son pays et le Rwanda, Norbert Ezardi a appelé une mobilisation régionale pour obtenir la condamnation du voisin qu’il accuse d’envahissement, et pour faire échec aux ambitions rwandaises d’un siège non permanent au Conseil de Sécurité.

Le PANCI s’adressant aux députés burkinabé à l’ouverture de la session parlementaire ce mercredi 26 septembre. (Ph.B24)

Avec son discours-fleuve empreint de reconnaissance et qui ressemblait fort à un cours d’histoire politique, le président de l’Assemblée de Côte d’ivoire, sous des applaudissements nourris, a retenu l’attention des députés burkinabé. Il a ainsi rappelé les liens forts qui unissent dans une histoire commune son pays et le Burkina qui lui font dire: “Nous ne formons qu’un seul et même peuple”. Mais surtout, Guillaume Soro a déploré le sort qui fut réservé aux Burkinabé de Côte d’ivoire, présenté officiellement des condoléances et engagé les deux pays à travers leurs parlements, à travailler à une véritable intégration des peuples: “Quel citoyen burkinabé n’est pas l’un des miens?”, ou encore “quel citoyen ivoirien n’est pas l’un des vôtres?”, a lancé Guillaume Soro à l’endroit de ses collègues burkinabé.

Avec 91 députés sur les 111, la dernière session parlementaire de la IVe législature s’est ouverte alors que la tension se fait de plus en plus vive au sein de certains partis. Avant le début de la cérémonie, un député de l’opposition ironisait en ces termes: “c’est la grève au CDP, il y aura beaucoup de places vides ce soir”, une allusion à la démission de Saran Sarémé qui est était absente de l’hémicycle. J.Y

 

Justin Yarga

Journaliste web qui teste des outils de Webjournalisme et datajournalisme, Media strategy consultant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre