Me Sankara aux partisans du report des élections : « Vous étiez où ? »

248 3
Me Bénéwendé Sankara (extrême g.) aux représentants des partis politiques demandant le report des élections : “Vous étiez où ?” (Photo montage Burkina24)

Des démissions au CDP ? « C’est bon pour nous ! », dit ironique, Me Bénéwendé Stanislas Sankara, président de l’Union pour la renaissance/parti sankariste (UNIR/PS), à un point de presse ce mercredi 26 septembre 2012 au siège du parti à Ouagadougou. Quant aux partisans du report des élections, il leur demande : « Vous étiez où ? »

Le point de presse de ce mercredi, donné par le président de l’UNIR/PS, a porté sur l’actualité politique du moment, marquée par les trémolos des élections couplées.

Concernant les démissions constatées au sein du CDP, Me Sankara est ironique : « C’est bon pour nous !  Plus le CDP se casse, plus cela nous consolide !» L’UNIR/PS ira-t-il à la pêche de ces mécontents ? « Pourquoi pas ? ».

Statistiques satisfaisantes

Pour revenir aux dépôts des listes de candidature, Me Sankara déclare que son parti a pu le faire, malgré  de « multiples difficultés » et des « remous » au sein du parti. Mais les statistiques sont satisfaisantes, à en croire Me Sankara. L’UNIR/PS est représentée dans 42 circonscriptions, avec 238 candidats dont 116 ayant moins de 40 ans et 85 femmes (dont 3 en tête de liste) représentant un taux de 35,71% du total des listes. Pour les municipales, en attendant compilation définitive, les premières tendances font état de 150 communes couvertes.

« Nous pensons que nous pouvons soutenir Arba Diallo »

C’est au Séno, au Yagha et à l’Oudalan que le parti de l’œuf n’est pas représenté. Mais le président assure que, pour « éviter l’égoïsme politique », son parti est prêt à appeler les électeurs à voter pour l’opposition. « A Dori, par exemple où nous ne sommes pas représentés, nous pensons que nous pouvons soutenir Arba Diallo ». Tout ceci afin de faire barrage au CDP et de palier à l’impossible unification de l’opposition.

« Nous avons eu cinq ans pour nous préparer »

Des partis demandent le report des élections ? « Vous étiez où ? », interroge Me Sankara estimant que ce n’est pas à la veille des élections qu’il faut demander leur report. « Nous avons eu cinq ans pour nous préparer », ajoute-t-il. En réponse au risque d’une potentielle crise post-électorale, il déclare que « le pire, c’est accepter au stade actuel que le fichier électoral soit saboté ». Il reconnaît que ce dernier a des insuffisances, « mais allons-y » avec. D’ailleurs, il trouve que « l’enjeu fondamental, c’est 2015. Il faut que Blaise parte ! »

Le 15-Octobre en préparatif

L’autre actualité est en perspective. Il s’agit du 25e anniversaire de l’assassinat « sauvage » du président Thomas Sankara, que dit Me Sankara, « nous commémorons encore dans la recherche de la cohésion et l’unité de tous les sankaristes ». En marge, du 6 au 14 octobre, l’UNIR/PS organise des assises nationales de la jeunesse burkinabè à Gaoua, Bobo-Dioulaso et Ouagadougou.

 L’UNIR/PS et Luc Adolphe Tiao au Sanguié

L’UNIR/PS a-t-elle une liste au Sanguié ? Oui, répond Me Sankara. Et ce, malgré une consigne donnée, selon laquelle et selon les termes du président du parti de l’œuf, « aucun parti politique de l’opposition ne doit présenter une liste au Sanguié parce que le Premier ministre se présente, sinon… imaginez la suite ! ». Me Sankara a indiqué que son parti a décidé d’établir une liste parce qu’à son avis, « on ne peut pas utiliser sa tribune de Premier ministre pour écraser le peuple ! » « Evitons ça à notre pays ! », conclut-il.

A.Z

Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Il y a 3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre