Forum sur la laïcité : Fermer les portes avant que le « fantôme » de l’intégrisme n’entre

328 0

Ce jeudi 27 septembre 2012 s’est ouvert le Forum national sur la laïcité. Jusqu’au 29 septembre, les différents courants religieux du Burkina et les représentants de la République vont parler et s’entendre sur ce concept de laïcité. Ceci, confie le ministre en charge des réformes politiques, Arsène Yé,  afin d’éviter que le fantôme de l’intégrisme n’entre au Faso avant de chercher à  fermer les portes.

La laïcité est effective au Burkina et les différentes religions vivent en parfaite cohésion, entente et respect de l’autre. C’est le constat général, reconnu par Arsène Bongnessan Yé et le Premier ministre Luc Adolphe Tiao. Ce sentiment est également partagé par l’archevêque de Koupèla, Mgr Séraphin Rouamba, et le président intérimaire de la communauté musulmane, El hadj Adama Sakandé.

Cependant, confie Arsène Yé, puisant dans la sagesse moaga, « il ne faut pas laisser entrer le fantôme dans la maison avant de chercher à fermer les fenêtres ». S’inquiétant du contexte international marqué par des manifestations intégristes, et pour  consolider cette cohésion sociale, le ministre en charge des Réformes politiques estime que l’Etat doit réaffirmer sa neutralité républicaine.

La communauté religieuse du Burkina accorde les violons avec l’Etat sur le concept de “laïcité” (Ph : Burkina24)

Le Premier ministre renchérit qu’ « En tant qu’Etat responsable, le Burkina Faso adopte une posture d’anticipation pour prévenir des éventuels dérapages liés aux extrémismes ». Il en profite alors pour donner une définition de la laïcité : « quelles que soient nos origines, nos conditions sociales et nos convictions philosophiques et religieuses, chacun de nous est tenu au strict respect des lois de la République qui protègent nos libertés de pratiquer notre foi et d’exprimer nos croyances ».

Il a ensuite affirmé que l’Etat respectera et assumera sa neutralité, notamment en garantissant l’égalité pour tous et à tous.

Même si l’horizon de la laïcité semble dégagé au Faso, il demeure cependant qu’il y a des pratiques dites « néfastes » ou « mauvaises » que les participants au forum devront exhumer et faire des recommandations qui devront être ensuite soumises au gouvernement pour la prise de mesures, a confié Arsène Bongnessan Yé.

Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre