Forum sur la laïcité : Que la Constitution, Dieu et les mânes protègent le Faso !

371 0
La destinée du Burkina a été mise entre les mains de la bonne entente entre la Constitution, Dieu et les mânes des ancêtres (Photo montage Burkina 24)

Le Forum national sur la laïcité a fermé ses portes ce samedi 29 septembre 2012. Toutes les questions n’ont pas été épuisées, mais les participants se sont entendu sur l’essentiel : cultiver la laïcité à l’école et dans la rue pour un meilleur dialogue interreligieux au Burkina.

Annoncé comme sans enjeu, le forum sur la laïcité s’est révélé au finish  indispensable. C’est l’avis qu’a donné Luc Adolphe Tiao sur les recommandations du Forum tenu du 27 au 29 septembre 2012 à Ouagadougou.

Elles ont été  nombreuses, ces recommandations, faites autour des questions de laïcité en rapport avec l’administration, les religions et les citoyens. Mais toutes n’ont pas été consensuelles. Cependant, du Pasteur Mamadou Karambiri  à l’Archevêque métropolitain de Ouagadougou, Mgr Philippe Ouédraogo, en passant par El Hadji Adama Sankandé, ils se sont entendus sur l’essentiel.

Enseigner la laïcité partout dans les écoles

Essentiel résumé en huit recommandations. La principale est qu’il faut diffuser et faire connaître le plus largement possible le concept de laïcité. Notamment par l’élaboration d’un document référentiel sur la laïcité  et la mise en place d’une « vision partagée » sur ce concept.

Il est également recommandé d’enseigner  le concept dans les écoles de formation professionnelle (ENEP, ENSK, etc.), dans les écoles franco-arabes et en le traduisant dans toutes les langues nationales. L’enseignement de la Constitution à l’école a également été préconisé. Pour ce qui concerne les citoyens, il a été recommandé d’afficher le Titre 1 de la Constitution qui porte sur les droits et les devoirs des citoyens.

Consolider le dialogue entre religions et avec l’administration

Les participants au Forum ont aussi insisté sur la consolidation du dialogue religieux tant entre l’Etat et les différentes confessions religieuses qu’entre ces dernières elles-mêmes. Ils ont demandé à ce propos l’institution du Forum national sur la laïcité afin qu’il se tienne périodiquement.

L’autre recommandation qui a fait l’unanimité est la condamnation des « violences inutiles » contre les femmes accusées de sorcellerie et les autorités coutumières et traditionnelles ont été appelées à la rescousse.

Pour le reste, le Premier ministre a donné l’assurance que ces recommandations seront examinées « avec la plus grande attention » par le gouvernement.

Union de prières pour le Faso

Faisant entorse au protocole, Luc Adolphe Tiao a émis que personne ne peut faire fi de sa foi et a demandé à tout un chacun d’exprimer la sienne sous les lampions de la Salle des banquets à Ouaga 2000 ce samedi. C’est ainsi  que Allah, le Saint Esprit, Notre Père et les Mânes des ancêtres ont été tour à tour invoqués pour que la paix règne dans un Burkina où les différentes religions se donnent la main sur le socle unique et neutre de la laïcité. Amen !

A.Z

Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *