ONU : Le Burkina Faso participe aux débats sur la marche du monde

261 0

Les nations du monde ont sacrifié, à leur rituel annuel d’échanges de vues et de préoccupations sur la marche de notre monde. C’était du 24 septembre au 1er octobre 2012 à New York, lors du débat général de la 67ème Session ordinaire de l’Assemblée Générale de l’Organisation des Nations Unies, où le Burkina Faso a été représenté par son Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération Régionale SEM Djibrill Bassolé.

Comme à l’accoutumée donc, les dirigeants des nations, des plus grandes puissances aux pays dont  on n’entend souvent le nom qu’annuellement à cette tribune, se sont réunis au siège de l’ONU pour examiner ensemble l’état de notre planète. Chaque pays,  riche ou pauvre, a disposé de 15 minutes pour exprimer sa  vision sur le monde actuel et ce qu’il devrait être. Le constat qui est sorti de chaque exposé n’est malheureusement guère encourageant pour les habitants de notre planète.

Des phénomènes naturels aux crises du fait de l’homme lui-même, le diagnostique est alarmant et peu de choses poussent à l’optimisme. Ainsi, dans les différentes interventions, tous ont rappelé les menaces liées aux changements climatiques dont les plus connues sont actuellement la sécheresse, les inondations, le réchauffement climatique, et bien d’autres fléaux. Malheureusement, en plus des phénomènes naturels (dont l’homme n’est sûrement pas totalement étranger aux causes), l’être humain lui-même, contribue largement à la dégradation de ses conditions de vie.

A ce titre, les différents intervenants ont déploré la récurrence et la nature souvent meurtrière des crises  qui secouent plusieurs régions du monde. Les situations en Syrie, au Nord Mali, en Somalie, au Moyen Orient… ont retenu particulièrement l’attention de la plus part des pays qui, à côté de leurs propres préoccupations spécifiques, ont invité les uns et les autres à œuvrer pour un monde plus juste et équitable, gage de paix et de stabilité.

Tous ont appelé l’ONU, créée pour garantir la paix entre les nations, à œuvrer davantage  dans les sens de la réduction des inégalités entre les nations et du bannissement de l’unilatéralisme. Toute chose qui  pointe du doigt la nécessaire poursuite de la réforme de l’ONU, en particulier celle  du Conseil de Sécurité pour permettre à toutes les régions du monde de participer aux prises de décision.

Le Chef de la diplomatie burkinabè, à l’occasion, a réaffirmé l’attachement de notre pays « au multilatéralisme, en la solidarité entre les peuples et aux vertus du dialogue entre les nations ». Pour lui, « La nature des menaces et défis auxquels le monde est confronté exige de nous un meilleur partage des responsabilités qui passe par une réforme des Nations Unies. Cette réforme des Nations Unies reste un sujet de grande préoccupation au cœur des enjeux de la gouvernance mondiale. Nous souhaitons que les négociations engagées dans le cadre de cette réforme aboutissent à des compromis acceptables à même de renforcer l’efficacité et l’image des Nations Unies face aux nouveaux défis et aux mutations de notre monde.  Ce n’est qu’à ce prix que nous pourrons véritablement évoluer vers l’édification d’un monde plus juste et plus uni ».

A cette tribune des Nations Unies, Djibrill Bassolé a fait le même constat que les autres chefs de délégation sur l’état de nos nations, qui vivent « d’incertitudes liées à la conjoncture économique internationale, et aux  menaces croissantes à la paix et à la sécurité internationales ». Il a mis un accent particulier sur la situation dans la sous région ouest-africaine éprouvée dans son ensemble par des crises diverses et particulièrement dans le Nord du Mali occupé par des groupes armés islamistes, terroristes et indépendantistes.

Cette situation a entraîné le déplacement de centaines de milliers de réfugiés dans les pays voisins eux-mêmes déjà en proie à d’énormes  difficultés du fait des  conséquences de la crise alimentaire sur le quotidien de leurs propres populations. Le Burkina Faso qui a accueilli plus de cent mille réfugiés, a, à cette tribune, exprimé sa gratitude à tous ses partenaires bilatéraux et multilatéraux qui lui ont apporté leur soutien pour la gestion de cette situation.

Le Ministre Bassolé dans sa déclaration a aussi évoqué la situation interne au Burkina Faso, sur les plans économique, politique, social, où des efforts sont inlassablement déployés en vue d’un développement durable et d’une répartition plus juste des fruits de la croissance.

DCPM MAECR

 

Justin Yarga

Journaliste web qui teste des outils de Webjournalisme et datajournalisme, Media strategy consultant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre