Université de Koudougou : 14 étudiants exclus, dont six définitivement, pour avoir molesté un enseignant

109 12

Huit  étudiants ont été exclus pour cinq ans,  et six autres définitivement, de l’Université de Koudougou et des établissements d’enseignement privé et public du Burkina. Ce verdict a été rendu le vendredi 5 octobre 2012 par le Conseil de discipline de l’Université de Koudougou.

Les faits dont ils sont reconnus coupables

Les reproches à eux faits, selon l’APA : participation à des manifestations ayant troublé l’ordre académique, agression de deux étudiants ayant causé des blessures, “attitudes de nature à compromettre l’action pédagogique“, attitudes, “propos et comportements d’intolérance ayant entraîné un trouble à la vie administrative et académique ou causé un préjudice aux personnes et des sévices moraux ou physiques exercés contre un tiers; cas d’agression et de violence physique et verbale sur l’enseignant Mahamoudou Oubda, chef de département Histoire et Archéologie et directeur adjoint par intérim de l’UFR/LSH“.

Un ancien président de l’ANEB Koudougou exclu

Parmi les six exclus de façon définitive figure Francis Nikiéma, ancien président du comité exécutif de l’Association nationale des étudiants burkinabè (ANEB) de Koudougou. Il était principalement reproché à ce dernier de s’en être pris verbalement et violemment à l’enseignant Oubda ci-dessus cité.

Dans l’avant dernier numéro du journal L’Eveil Education, Francis Nikiéma y  reconnaissait avoir demandé des explications publiques à l’enseignant afin de démentir de fausses informations véhiculées par le prof sur lui dont le but était de casser la lutte engagée par l’ANEB Koudougou.  Cependant, il affirme n’avoir “pas touché” l’enseignant en question.

En rappel

En rappel, l’UFR/LSH (Lettres et sciences humaines) avait décidé d’organiser des évaluations en août et en septembre afin de rattraper le retard accusé sur le calendrier académique. L’ANEB avait décrété un mot d’ordre de boycott estimant que cette programmation ne tenait pas compte des vacances des étudiants. Un camp opposé à ce mot d’ordre s’était formé.

L’exclusion de ces 14 étudiants sera-t-elle l’épilogue de cette crise qui secoue l’Université de Koudougou  depuis début septembre 2012 ?

Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Il y a 12 commentaires

  1. soyons responsable de nos actes.Et faisons en sortes que dmain nous puissions ?lever nos enfants dans un pays qui nous aurrons construit, si nous le construisons dans la violences, dans l'agression, dans l'indignation, dans l'intolerance ne soyons pas surpris d'etre les pires ?nemis de l'epanouissement de nos enfants.Norbert ZONGO disait:si tu a tu?, il faut avoir le courage d'avouer ton crime.Soyon responsable de nous mm.
    Disons la v?rit? ? nos f?res et soeurs, disons les ce que nous avons faits et demandons les pardons.
    Les situations qui prevauts dans les universit? publics, ne sont pas de nous?Des enfoir?s, ont cr?e ces situations catastrophiques et jouissent ojurdhui de cela…les example ne manquent pas…..Arretons de mentir et mettons nous au service de la nation.

  2. le probl?me dans cette affaire c’est que les gens confondent tout. la justice d’accord, mais mettre les enfants dans les rues au risque de compromettre l’ann?e non!!! Ne fallait t-il pas faire appel de la d?cision devant la hi?rarchie de l’UK avant? les m?thodes de l’ANEB laissent ? d?sirer… pour r?gler un probleme ils cr?ent un autre encore plus grand, c’est n’importe quoi!!!

  3. Que Dieu nous prot?ge!
    injustice ou contre-justice! on ne sais plus ou on va? chacun veut se faire entendre. quand est-ce que les gens vont comprendre que “ma libert? s’arr?te l? o? celle des autres commence?”

  4. Les esprits doivent s?assagir. L?ANEB doit souvent mettre de l?eau dans son vin. Depuis 1999, l?ann?e acad?mique ne tourne pas rond. Je pense que cette association doit faire son autocritique. De toute les facons, il ya des responsables de l?ANEB, des el?ves issus des crises qui deviennent des responsables de services, quels regards peuvent porter ces gens sur le comportement actuel de leur organisation faiti?re.Combien d??tudiants ont ?t? exclus du systeme educatif ? cause des gr?ves ? rep?tition? Soyens realistes, un peu partout en Afrique, les universit?s connaissent les memes probl?mes. Le paradoxe de l?ANEB est qu?elle n?aime pas la contradiction. Chacun a le droit de grever ou de ne pas grever, c?est son choix le plus absolu. Je crois qu?on doit enseigner les bases de la democratie depuis l??cole primaire. Respecter les choix de tout en chacun, c?est simple que cela. J?aime les luttes civilis?es. Voyez en Afrique du Sud, les mineurs ont ?t? mitraill?s sans aucune forme de proc?s. L??cole burkinab? a ?norm?ment souffert et souffre actuellement, donc ne mettez pas l?huile sur le feu.

  5. Les esprits doivent s’assagir. L’ANEB doit souvent mettre de l’eau dans son vin. Depuis 1999, l’ann?e acad?mique ne tourne pas rond. Je pense que cette association doit faire son autocritique. De toute les facons, il ya des responsables de l’ANEB, des el?ves issus des crises qui deviennent des responsables de services, quels regards peuvent porter ces gens sur le comportement actuel de leur organisation faiti?re.Combien d’?tudiants ont ?t? exclus du systeme educatif ? cause des gr?ves ? rep?tition? Soyens realistes, un peu partout en Afrique, les universit?s connaissent les memes probl?mes. Le paradoxe de l’ANEB est qu’elle n’aime pas la contradiction. Chacun a le droit de grever ou de ne pas grever, c’est son choix le plus absolu. Je crois qu’on doit enseigner les bases de la democratie depuis l’?cole primaire. Respecter les choix de tout en chacun, c’est simple que cela. J’aime les luttes civilis?es. Voyez en Afrique du Sud, les mineurs ont ?t? mitraill?s sans aucune forme de proc?s. L’?cole burkinab? a ?norm?ment souffert et souffre actuellement, donc ne mettez pas l’huile sur le feu.

  6. NE REGRETTE RIEN CAR IL N4Y A PAS DE FUME SANS FLAMMME certains administrateurs sont responsablle de la situation.Je crois pas qu’il il a la violence sur le campus de l’uk ou bien on ne difinit pas de la meme maniere et si c’est ce qu’on tout le monde le sait,il y a la violence verbale qui entraine la violence physique.donc arreter de dire que les etudiants sont violents et partant des delegues ANEB .Pour ma part les decisions du conseil de discipline si on peut l’appeler ainsi est un reglement de compte voir une idee cachee.en tant que jeunes conscients et eclaire ont doit dire non a ces exclusion arbitraire et ijuste.ATTENTION LE PEUPLE NE VA JAMAIS ACCEPTER QU’ON EXLUS SONT ENFANT DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR CAR C’EST SON ARGENT QUI PERMET A L’UK ET AU PAYS DE FONCTIONNER

  7. NE REGRETTE RIEN CAR IL N4Y A PAS DE FUME SANS FLAMMME certains administrateurs sont responsablle de la situation.Je crois pas qu’il il a la violence sur le campus de l’uk ou bien on ne difinit pas de la meme maniere et si c’est ce qu’on tout le monde le sait,il y a la violence verbale qui entraine la violence physique.donc arreter de dire que les etudiants sont violents et partant des delegues ANEB .Pour ma part les decisions du conseil de discipline si on peut l’appeler ainsi est un reglement de compte voir une idee cachee.en tant que jeunes conscients et eclaire ont doit dire non a ces exclusion arbitraire et ijuste.ATTENTION LE PEUPLE NE VA JAMAIS ACCEPTER QU’ON EXLUS SONT ENFANT DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR CAR C’EST SON ARGENT QUI PERMET A L’UK ET AU PAYS DE FONCTIONNER

  8. F?licitations au professeur SEGDA et ? son ?quipe. Stop au hooliganisme dans les universit?s.Moi aussi je suis d’une association estudiantine mais avec mes camarades nous avons toujours privil?gi? le dialogue et non pas les m?thodes moyen?geux que certains camarades utilisent.

  9. ces exclusions sonnent comme une tentative de museler et de casser le mouvement estudiantin et scolaire a koudougou et a n en point douter au Burkina en g?n?ral. mais les ?tudiants toujours solidaire entre eux se mobiliseront pour que le PR SEGDA sache que si la pluie na p a pu ?teindre le soleil ce ne sont pas deux seau d'eau avec un gobelet perce sur le cote qui pourront le faire. le ne peut pas briser la lutte de la jeunesse ?claire pour le PAIN ET LA LIBERT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre