Insécurité au nord du Burkina : « Le Chef suprême des armées a ordonné le déploiement de 1000 soldats dans cette zone » (Djibril Bassolé)

710 0
MAEB
© Africatime

Djibril Bassolé, ministre burkinabè des Affaires étrangères et de la coopération régionale (MAECR), a rencontré ce mercredi 10 octobre 2012, les corps diplomatiques pour faire le point sur l’évolution du processus politique de règlement  de la crise au Mali.  En marge, il a été interrogé par la presse sur la situation sécuritaire du Nord du Burkina qui a conduit récemment des pays, notamment les Etats-Unis, à conseiller la prudence à leurs ressortissants. Le chef de la diplomatie burkinabè  rassure dans cette brève interview et informe que des dispositions sont prises pour sécuriser la zone.

Monsieur le ministre, le nord du Burkina est-il fréquentable ?

Le Burkina est un pays fréquentable. C’est vrai qu’il y a eu quelques rumeurs, quelques informations tendant à dire que des expatriés pourraient être enlevés. Nous avons tenu à rassurer surtout nos partenaires que les dispositions sont prises et que le dispositif de sécurité qui sera mis en place va certainement protéger efficacement et les populations  et (celles) du nord du Mali vivant dans les camps de réfugiés, y compris les expatriés, vivant au Nord du Burkina.

Nous pensons que d’une manière générale,  la meilleure garantie que nous pouvons avoir contre ce genre de crise c’est d’aider efficacement l’Etat malien à revenir  à la normalité, à assurer la continuité de l’Etat au Nord du Mali de manière à ce que le phénomène ne se propage pas au-delà des frontières.

De quelles mesures s’agit-il ?

(…) Le Ministre de l’Administration territoriale l’a bien précisé. Un dispositif de surveillance et d’alerte est mis en place et le président du Faso, le Chef suprême des armées, a ordonné  à l’Etat major général  de déployer un groupe de 1 000 combattants, de soldats, dans cette zone de notre pays.

Ce déploiement est en cours. Je pense que d’ici la fin de l’année, tous les axes pourront être sécurisés et toute la zone pourra être absolument contrôlée par les forces défense et de sécurité.

Mais des pays ont exhorté leurs ressortissants à la prudence ?

Je pense qu’ils l’ont fait sur la base des recommandations qui leur avaient été faites par le ministre de l’administration territoriale d’observer bien-sûr une prudence. Mais au stade actuel, je pense qu’il nous appartient à nous Etat du Burkina Faso, de prendre l’ensemble des dispositions physiques et sûres qui puissent garantir la libre circulation des biens et des personnes et de nous assurer qu’aucun enlèvement ne pourra s’opérer dans cette zone.

 

NB : Les questions ont été reformulées par la rédaction



Abdou ZOURE

Abdou Zouré, journaliste à Burkina24 de 2011 à 2021. Rédacteur en chef de Burkina24 de 2014 à 2021.

Article similaire

There are 1 comments

  1. N'ayez aucune crainte.il n'ya pas d'ins?curit? dans le nord du Burkina.Moi m?me j'ai fait 9 jours au camp des r?fugi?s maliens a F?r?rio et je confirme que la s?curit? y ait.

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *