Les histoires insolites de Tanga : le marché de nuit

565 0

L’Afrique regorge de zones insolites où se déroulent des choses mystérieuses. Qu’est-ce que c’est que ce marché qui ne bat son plein qu’en pleine nuit ?

Quelque part au Burkina Faso, il y a un village qui a un marché qui se tient chaque trois jours. On a dit à Korogo que ce marché ne se remplit qu’une fois la nuit tombée et c’est à minuit qu’il est plein à craquer. Rien d’étonnant à cela, pourrait-on dire, si on sait que les « maquis » de Ouaga ne se remplissent que la nuit. Certes, mais dans un village qui est jusque-là imperméable à la modernité et à l’électricité, on peut se poser des questions.

Korogo, l’incrédule

De plus, a-t-on dit au jeune Korogo, n’est acheteur ou vendeur dans ce marché que qui a confiance en ses « reins ». Korogo dit que c’est faux et qu’il est allé plusieurs fois vendre des choux dans ce marché et en pleine journée. Le marché était chaque fois noir de monde.

– Idiot, on te parle de nuit, tu parles de jour ! Va la nuit et tu verras ! dit un des informateurs de Korogo.

– Tu n’as pas dit que tu es bête ? Va la nuit et tu vas voir ! prévint cependant un autre.

Korogo, disciple de Saint Thomas

Mais il ne convainquit pas Korogo qui décida le jour même d’aller voir de plus près ce marché nocturne, qui se tenait justement le lendemain.

Aux environs de 18 h, Korogo sangla son vélo, s’équipa d’une lampe torche, d’une machette (on ne sait jamais) et s’en alla à l’aventure.

Il arriva à l’orée du marché aux environs de 18h30. Korogo rencontra les derniers clients et les derniers vendeurs qui s’empressaient d’en sortir et qui lui jetaient de drôles de regards. Le jeune homme arriva au marché et constata qu’il était vide. Un sourire moqueur anima ses lèvres qui promirent de se moquer sérieusement de ces trouillards d’informateurs.

Korogo décontenancé

Il allait rebrousser chemin lorsqu’un vit un vieillard arriver sur son vieux vélo, l’adosser à un hangar et commencer à déballer son sac. Korogo s’approcha du vieillard.

– Grand-père, il se fait tard. Qu’est-ce que vous venez donc faire là ?

– Ah ! Je vois que le bouc a envoyé sa queue ! dit le vieillard.

– De quoi… de quoi parlez-vous ? balbutia Korogo.

Korogo, le casse-croûte !

– Au lieu de bavarder inutilement, dis-moi plutôt combien d’âmes ta mère t’a envoyé me proposer aujourd’hui !

– Euh…

– Je te les prends toutes sans discuter ! Il y a pénurie actuellement. Je me demande même si tu ne ferais pas l’affaire. Je rembourserai ta maman plus tard…

Votre serviteur Tanga ([email protected])

 



Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *