Théâtre : Trafiquée était une prostituée qui nous le dit

1220 0
Yaya M’Bilé en plein dans Trafiquée

Un monologue est une pièce dans laquelle un acteur, seul en scène, vient nous exposer la vie d’un ou de plusieurs personnages. Dans Trafiquée, la vie intense d’une prostituée mêlée à celles de ses consœurs, de ses bourreaux et de ses « clients » forment un cocktail explosif. Mais surtout un texte dense qui interpelle. Ce vendredi 12 octobre, les spectateurs de l’Espace Culturel Gambidi en ont eu pour leur argent. 

Elle est partie de son pays avec dans la tête un futur radieux ; elle voulait passer de son état d’enfant de 14 ans à celui d’une femme, une coiffeuse qui a les moyens de subvenir à ses besoins et qui ne sombre pas dans la dépendance comme sa tendre mère. Ce voyage était en fait un leurre qui va la jeter en pâture à des loups-humains, dans la gueule du plus vieux métier du monde. Elle sera pour des individus en manque de sensation, une porte de sortie, ceux-là ne tiennent leur rêve que par la peau de leur queue. Les premiers moments, sont ceux les plus infernaux. Il fallait passer par l’initiation et subir un viol collectif.

Au début, elle était un modèle-sport. Aujourd’hui, cloîtré entre quatre murs, ses souvenirs resurgissent et à l’âge de 25 ans, elle est devenue vieille avant le moment, une carcasse bonne pour la casse, un dépotoir à ciel ouvert sur qui sont venus se soulager tous ceux qui étaient en manquent de sensation forte. Passant par plusieurs états, dont l’envie du suicide, elle se ressaisira, néanmoins. Elle assassinera celui qui l’avait achetée auprès de l’intermédiaire qui l’avait traînée depuis son pays natal.

Sur scène, Yaya M’Bilé BITANG, comédienne camerounaise vivant au Burkina Faso, nous expose à souhait ce personnage qui peut être une de nos proches, une fille que l’on rencontre dans la rue, au coin d’un maquis, mais à qui on ne parle pas, et qui n’ose pas nous dire son mal-être. Dans son discours, certains propos, parfois très durs, peuvent choquer. Mais comment dire la souffrance intense sans des mots intenses? Dans notre quotidien, nous jugeons sans parfois savoir. Il faut approcher ses victimes qui se taisent. Il faut chercher à savoir les douleurs tues.



bktso1

Rialé est artiste-comédien et résidant a Ouagadougou.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *