Technologies innovations au FRSIT: les jeunes n’ont pas résisté à la curiosité

198 0
Des élèves du primaire se faisant expliquer une invention. (Ph.B24)

L’activité d’exposition de la Xe édition du FRSIT, dont l’une des principales innovations a été son ouverture à la jeunesse, a drainé un important nombre d’élèves dans la cour de la Maison du Peuple durant la semaine, poussés par la curiosité face aux fruits de la science et de la technologie exposés en ces lieux.

Malgré un soleil de midi insupportable de ces jours, les stands d’expos ont accueilli de nombreux curieux, parmi lesquels les plus jeunes, des élèves du primaire en visite guidée, mais aussi des élèves de lycées techniques ou de séries scientifiques des établissements d’enseignement général. A propos de leur présence sur le site d’exposition, les réponses convergent presque toutes dans le sens de la curiosité et du renforcement des connaissances théoriques et scolaires. Si d’autres sont là pour découvrir, d’autres encore, jeunes également, sont participent au FRSIT pour exposer l’objet de leur recherche.

Pour les visiteurs du jour, notamment les élèves, les inventions et innovations dans le domaine de l’énergie solaire ne sont pas passées inaperçues dans un contexte marqué par une crise énergétique vécue de tous et préjudiciable aux études.

L’objectif “jeunes” atteint

“On est vraiment impressionné de voir qu’il y a des Burkinabé qui cherchent et qui inventent dans le sens d’améliorer les conditions de vie”. Cette impression de visite de Kaboré Ousséni sont partagées par ses camarades, un petit groupe du lycée Marien Ngouabi qui a fait le tour des stands. Une visite qui n’est pas sans effet pour certains, qui rêvent déjà de se retrouver dans des laboratoires de recherches.

Du côté des animateurs de stands, il y a des bonnes raisons d’intéresser les plus jeunes aux fruits de leurs recherches. Tous considèrent la jeunesse comme la relève de demain, un motif pour suscité en elle la vocation de chercheur, d’innovateur et d’inventeur. En ouvrant l’édition aux jeunes, les organisateurs avaient d’ailleurs à cœur de susciter l’engouement des jeunes pour les filières scientifiques et techniques.

Briser la tour d’ivoire des chercheurs, tant bien que mal

Pour Alphonse Zakané du centre de recherche en santé de Nouna, il est toujours bien d’expliquer la recherche aux plus petits, parce qu’ils constituent la relève. “Si on veut susciter en eux la passion pour la recherche et faire naitre en eux cette vocation, c’est maintenant qu’il faut le faire”. Et il n’y a de quoi espérer car les élèves apprennent et retiennent déjà l’essentiel, comme par exemple sur le paludisme, à propos duquel le centre fait des essais médicamenteux, a expliqué le chercheur qui a reçu la visite de plusieurs groupes d’élèves dans son stand.

M. Sougué du CIFOR. (Ph.B24)

De la recherche en santé aux innovations dans le domaine de l’énergie solaire en passant par la recherche forestière, les exposants n’ont pas manqué de stratégies adaptées pour démystifier la recherche, la science et la technologie au profit des élèves.  Une tâche pas si évidente: “Ce n’est pas très simple de parler de recherche forestière aux tout-petits, mais nous essayons de leur parler des arbres et des phénomènes comme la coupe abusive du bois, des feux de brousse, des éléments qui sont à leur portée pour comprendre les forêts et pourquoi et comment il faut les protéger“, a confié Monsieur Sougué du Centre International de Recherche Forestière (CIFOR).

Cette Xe édition du FRSIT est saluée notamment du côté du MENA, en ce qu’elle “a pensé à l’avenir en allant à la base pour amener les enfants à s’intéresser à la recherche“, selon un représentant du Ministère.

 

Justin Yarga

Journaliste web qui teste des outils de Webjournalisme et datajournalisme, Media strategy consultant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre