Burkina 24 – Diaspora: Qui sont les étudiants burkinabè de l’Université Senghor d’Alexandrie ?

151 14

L’Université Senghor d’Alexandrie est une université internationale de la Francophonie qui forme des cadres au service du développement africain. Pour cette XIIIe promotion (2011-2013), les étudiants burkinabè y sont au nombre de 24. Dans cet entretien, Evelyne YARABATIOULA, présidente de la communauté estudiantine burkinabè, nous parle des conditions de vie et d’études en Egypte. 

Burkina24 (B24) : Pouvez-vous vous présenter ?

Evelyne YARABATIOULA (E.Y.) : Je suis Madame Yarabatioula Éveline, étudiante en Management de Projets au Département « Administration et Gestion » de l’Université Senghor d’Alexandrie. Je suis la Présidente de la Communauté des étudiants burkinabè de l’Université Senghor au titre de l’année académique 2012-2013.

B24 : Quelles sont vos responsabilités en tant que présidente de la communauté ?

E.Y : En tant que présidente de la communauté, je joue un rôle de coordination des activités de la communauté, de direction du plan d’action, et de représentation de la communauté auprès des autorités académiques et consulaires. Et pour mener à bien ce travail, je ne suis pas seule. Il y a un bureau composé de cinq personnes. Ce bureau est chargé d’organiser  les réunions mensuelles, les sorties touristiques, les fêtes de la communauté, la participation aux évènements spéciaux des membres de la communauté. Et aussi sur le plan académique, il est chargé d’initier des activités d’entraide et de soutien mutuel. En somme, mon rôle c’est de travailler à créer des conditions de séjour agréables à l’ensemble de la communauté.  

burkinabè à Alexandrie - Egypte

B24 : Combien d’étudiants compte la communauté burkinabé ?

E.Y. : La communauté burkinabè de l’Université Senghor est forte de 24 étudiants, dont 6 femmes et 18 hommes. Notre communauté représente la deuxième force numérique après le Cameroun. Nous avons des étudiants dans tous les départements et filières de l’Université avec des profils différents tels des administrateurs, des diplomates, des médecins, des communicateurs…

B24 : Quelles sont vos conditions d’étude à l’université Senghor ? 

E.Y. : Nous apprécions positivement les conditions d’étude à l’Université. Les programmes sont bien intéressants et bien adaptés aux réalités professionnelles des étudiants. La formation est dispensée par des professeurs très qualifiés qui viennent d’un peu partout. Globalement, les conditions d’étude sont satisfaisantes.

B24 : Après le printemps arabe, beaucoup de choses ont changé en Egypte. Le climat socio-politique n’entrave t-il pas vos études ?

E.Y. : Hormis la flambée des prix des produits alimentaires, tout se déroule bien.

B24 : Quelles sont vos conditions de vie à Alexandrie ?

E.Y. : Les conditions de vie sont assez bonnes. L’Université Senghor regroupe plus d’une vingtaine de nationalités, ce qui constitue une belle expérience culturelle pour chacun des étudiants.  Sur le plan alimentaire, nous découvrons la cuisine égyptienne et sur le marché, nous retrouvons souvent des aliments de chez nous à notre grande satisfaction. La difficulté majeure, c’est la langue. Peu d’égyptiens parlent l’anglais, encore moins le français. Cela constitue un grand problème de communication. Beaucoup d’égyptiens sont très cool avec nous, mais certains aussi sont méfiants et souvent agressifs surtout vis-à-vis de femmes à la peau noire.

B24 : Quels conseils pouvez-vous donner aux étudiants qui aimeraient étudier en Egypte ?

E.Y. : Les conseils que je pourrais donner aux étudiants qui désirent étudier en Egypte, c’est qu’ils doivent savoir que sur le plan culturel, l’Egypte a  une grande différence d’avec l’Afrique noire, il faudra bien s’armer psychologiquement ; sur le plan économique, la vie n’est pas trop chère mais il faudrait bien se préparer. Le climat est plus froid et sec en hiver par rapport à chez nous au Burkina Faso. Sur le plan logistique, les moyens de transport sont très développés. Aussi, les maisons ne sont pas très chères à louer.

L’Égypte est un beau pays avec une multitude de sites touristiques à découvrir. Alors j’encourage tous ceux qui désirent étudier  en Egypte  à venir et à découvrir les trésors de ce pays. Pour ceux qui souhaiteraient étudier à l’Université Senghor, je les encourage vivement parce que c’est une formation de qualité et une belle expérience de vie avec plusieurs nationalités. C’est l’Afrique en miniature. Le concours est lancé chaque deux ans sur le site de l’Université.

B24 : Quels sont vos perspectives professionnelles après cette formation ?

E.Y. :

B24 : Quel est votre mot de fin ?

E.Y. : Mon mot de fin c’est de dire vraiment merci  à Burkina24 pour l’occasion qu’il  nous donne de présenter notre communauté. Nous félicitons Burkina24 pour le travail abattu qui permet au monde entier d’être informé sur ce qui se passe dans notre cher pays le Burkina Faso. Quand on est loin de son pays comme c’est notre cas, on apprécie à sa juste valeur le travail des médias comme Burkina24.

 

Makaiza DAO

Correspondante de Burkina24 – Egypte

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Il y a 14 commentaires

  1. Makaiza Dao, par cette initiative, tu l?ves haut les voix des Hommes int?gres et fait floter leur drapeau sur le plan international. Par cette initiative, tu exprimes les talents du produit Senghor et donne envie ? quiconque de t'applaudir pour le pas que tu viens de marquer dans ta vie professionnelle.

  2. Courage les amis et plein succ?s ? vos ?tudes respectives
    Le pays vous attend sur les chantiers du d?veloppement ? combien nombreux…o? chacun trouvera sa place.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre