Exclusion d’étudiants à Koudougou : « Trop sévère», selon le gouvernement

402 0

Selon un communiqué de presse du Service d’information du gouvernement (SIG), le gouvernement estime « trop sévères » les sanctions prises par le conseil de discipline de l’Université de Koudougou, qui ont conduit pour rappel à l’exclusion de 16 étudiants, même s’il reconnaît que les fautes en question sont graves et que la prise de ces sanctions est conforme aux textes, procédures et règles en vigueur.

Ledit communiqué indique que «le Gouvernement a entrepris des démarches en vue de l’apaisement du climat qui prévaut sur le campus et dans la Région du Centre Ouest ». Les  15, 17 et 18 octobre 2012, une délégation du gouvernement, conduite par le ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, a séjourné à Koudougou et a échangé avec des personnalités de la région, les associations et syndicats d’étudiants, les enseignants et le personnel ouvrier de l’Université.

Aux enseignants, le gouvernement a lancé un appel au pardon au nom de la préservation de la paix sociale.  La délégation a suggéré, mais non pas instruit, au corps professoral de convoquer un autre conseil de discipline et de revoir « à la baisse » les sanctions et même de les supprimer si les étudiants incriminés « se repentent ».

Selon toujours ce communiqué, la tendance générale est au « compromis »  et qu’à « l’étape actuelle des négociations, on est fondé à croire que tout rentrera dans l’ordre dans les tous prochains jours ».



Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Article similaire

Il y a 1 commentaire

  1. Purement et simplement de la lach?t?.La f?brilit? de l’?tat conduira le pays dans l’anarckie totale. Ces ?tudiants

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *