Nouveau découpage de Ouaga : Le MBDHP explique

656 5

« Faisons connaissance avec le nouveau découpage de la commune de Ouagadougou » est le thème de la conférence publique organisée par la section MBDHP (Mouvement burkinabè des droits de l’homme et des peuples) du Kadiogo ce dimanche 21 octobre 2012. L’évolution en superficie de la commune ainsi que les critères du découpage ont été passés en revue.

C’est la loi n°066-2009/AN du 22 décembre 2009 qui a consacré le découpage des communes de Ouagadougou et Bobo-Dioulasso. Ce découpage consacre 12 arrondissements et 55 secteurs pour la commune de Ouagadougou. Cela marque un tournant dans son évolution car la commune disposait de 5 arrondissements et de 30 secteurs depuis le découpage administratif en 1984.

 La commune de Ouagadougou  a connu une grande évolution en superficie et en population depuis les indépendances. En effet, en 1960, la commune comptait 60.000 habitant pour 6.000 hectares. Alors qu’en 2010 l’on dénombrait 2 millions d’habitants avec 54.400 hectares comme superficie. Ces chiffres montrent la forte croissance de la population ainsi que l’extension de la ville qui ne connait pas de limites naturelles. A ce jour, Ouagadougou fait trois fois la ville de Paris et deux  fois la ville d’Abidjan.

Les critères  déterminant  du nouveau découpage sont, entre autres, la densité du tissu urbain, les limites géographiques faciles à repérer et fondées sur des éléments naturels. Ainsi la population d’un arrondissement ne saurait être inférieure à 50.000 habitants ou supérieure 125 000 habitants. C’est sur cette base que sont nés les 12 arrondissements.

Chaque arrondissement devra être doté de services de base comme une Caserne de sapeurs pompiers, un centre de santé, un collège d’enseignement général et un cimetière municipal en cas de disponibilité d’espace. Par ailleurs, le nom des quartiers comme Pissy, Gounghin, Ouidi, demeurent inchangés. Seuls les arrondissements ont des dénominations numéraires (arrondissement 1, 6, 12).

Marcus G Julien KOUAMAN (Stagiaire)

Il y a 5 commentaires

  1. cela fait belle lurette que les ouagavillois ou du reste les Burkinab? attendent ce croissement de fichier. si une telle chose est faite chacun de nous aura une parcelle ? Ouaga

  2. J'ai dis au maire de nongre massom ZAKARIA que nous les jeunes n'avons pas de parcelle pour habiter dans cette ville de ouagadougou.
    donc je pense que la mairie centrale doit faire un croisement de son fichier d'attributaire de parcelle depuis les ann?es 1984 et des non lotis ? ouaga et celui de la ceni pour recensser les jeunes qui non rien et leurs donn? des parcelle dans un nouveau quartier qu'il peuvent cr?er depuis une autre commune comme tanghin dassouri.facilement il peuvent attribu? 50 000 parcelle dans cette commune et du coup favoris? le devellopement de cette commune rurale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre