Cybercriminalité : Les pandores démantèlent un réseau

100 10
Ces présumés délinquants encourent une peine maximale de 10 ans ferme © Burkina 24

La brigade ville de gendarmerie de Bogodogo a animé un point de presse ce lundi 22 octobre 2012. A l’ordre du jour, la présentation de réseaux de cybercriminels démantelés dans la ville de Ouagadougou.

La cybercriminalité est un phénomène qui va grandissant dans notre pays. Des personnes physiques comme morales sont victimes  d’extorsions d’argent ou de fonds sur internet.

C’est par un coup de fil dans la matinée du 6 octobre 2012 que la brigade ville de gendarmerie de Bogodogo a été alertée. Cette personne digne de bonne foi, selon le Lt Niangao Bapan (Commandant de la compagnie de gendarmerie du Kadiogo), rapporte que des individus habitants des villas aux secteurs 16 et 17 de la ville de Ouagadougou se livraient à une contrefaçon de documents à partir de leurs ordinateurs via internet. Ils  extorqueraient des fonds à des honnêtes citoyens et autres établissements bancaires de divers pays.

Pour vérifier les renseignements, deux équipes de gendarmes ont simultanément visité les domiciles et ont pris les occupants en flagrant délit. Ces derniers étaient sur leurs outils informatiques en pleine navigation internet.

Il s’ensuit alors l’interpellation de sept (7) personnes. Neuf (9) ordinateurs portables, un écran et une unité centrale ont été saisis. Ainsi que la découverte dans ces machines de dix-sept (17) spécimens de documents contrefaits. Il s’agit, entre autre, de passeport, de certificat d’hérédité, de carte de crédit.

L’expertise d’un informaticien a été requise. Ce qui a permis de déterminer et de relever des types d’infractions du genre: ‘’escroquerie, contrefaçon, faux en écriture et usage de faux portants sur des documents administratifs, financiers, judiciaire et personnels’’.

Un coup de fil a permis à la brigade ville de gendarmerie de Bogodogo de démanteler ce réseau criminel © Burkina 24

Lors de l’interrogatoire La plupart des présumés délinquants ont nié les faits. Sauf le nommé Onubuya Chiké Georges, informaticien de profession. Il avoue son forfait et précise s’être installé au Burkina courant 2009. Son mode opératoire  consiste à intercepter les adresses mails des internautes à l’aide d’un logiciel. Ensuite il leur envoie des mails avec de fausses propositions. Ceux qui tombent dans le piège lui font des virements bancaires et il rompt le contact aussitôt.

Ces délinquants de nationalité étrangère, seront déférés devant les autorités judiciaires conformément à la procédure. Ils encourent une peine d’emprisonnement de cinq (5) à dix (10) ans. Le Lt Hervé Yé, Directeur de la communication de la gendarmerie nationale, invite la population à plus de collaboration en signalant tout comportement jugé suspect.

Marcus G Julien KOUAMAN (Stagiaire)

Il y a 10 commentaires

  1. Il faut que les gens soit prudents et ?vitent le gain facile du genre vous avez gagn? au loto envoy? de personne inconnu. Ensuite il ne faut surtout jamais repondre aux messages d’avertissement de fermeture de comptes envoy?s par mail par des individus se reclamant de Yahoo. Bonne chance

  2. F?licitation ? la Gendarmerie, mais le travail ne fait que commenc?, le r?seau est plus ?tendu qu’on ne le pense, pas seulement ? Ouagadougou, investiguez, suivez la logique de ces escrocs sur internet et vous p?cherez de gros poissons.

  3. Bravo ? la brigade le pays tout entier compte sur vous pour mettre ces bandits hors d??tat de nuire. Je pense que l'une des solutions est de sensibilis? nos bailleurs de ne plus donner en location leurs maisons ? ce groupe d'individus qui sont connus de tous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre