Mercure de la semaine : Et si on auscultait les pharmacies de garde ?

714 0

Le mercure de cette semaine a une odeur d’alcool de 90°. Il a pris la température des pharmacies de garde de Ouagadougou et a constaté une fièvre due à un débordement de la demande sur l’offre, surtout le week-end. Comme l’exige l’esprit de cette chronique, on va piquer sans prendre de gant !

On se plaint

Les pharmacies de garde ont été instituées afin que les malades aient l’opportunité d’avoir toujours au moins une pharmacie ouverte quelque part pour avoir leurs médicaments. Mais il faut avouer que de plus en plus, à Ouagadougou précisément, le système commence à avoir des failles.

Les patients se plaignent. Le week-end, où les pharmacies n’ouvrent pas la journée, payer des médicaments devient en lui-même une maladie. Il devient de plus en plus courant de voir de longues files en attente dans les « marchés de médicaments ».

Pourtant, rien n’est plus urgent que de payer un médicament. Ce n’est pas pour rien que les ambulances ont une sirène et le droit de brûler les feux tricolores.  En plus, il arrive très souvent que dans une zone, ce sont les pharmacies « qui ne manquent de rien » qui ne sont pas de garde et toutes à la fois. Ce qui  peut se révéler dramatique pour certains malades qui ont besoin de certaines spécialités rares.

Augmenter

Après ce constat, on peut tirer deux conclusions. Soit les pharmacies de garde sont insuffisantes ou alors c’est le système de garde qui montre là ses limites. Dans le premier cas, il faudra donc songer à augmenter le nombre de pharmacies qui travailleront 24h/24.

Que se passerait-il si on supprimait la garde ?

Une autre solution serait  de supprimer carrément le système. Vu leur nouvelle blouse bien brodée et sentant joliment le parfum des affaires, toutes les pharmacies seraient capables de fonctionner 24h/24. On aura beau pousser des cris d’orfraie, le caractère commercial de … « l’industrie » (c’est ce qu’on disait) pharmaceutique a de nos jours largement chloroformé son caractère social.

Si ça ne marchait pas ?

On pourrait rétorquer que la suppression des pharmacies risque d’entraîner une indisponibilité de médicaments, notamment à partir de 21h jusqu’au matin, les pharmacies pouvant être tentées de fonctionner alors comme des fonctionnaires, ou, tout simplement comme des alimentations. Possible. Mais rien n’est immuable et rien n’interdira à ce moment de reprendre la bonne vieille marmite du système de garde.

Dans tous les cas, rien n’est plus atroce pour un enfant que de savoir que sa mère est décédée parce qu’il y avait trop de monde dans la pharmacie de garde… Cela donne à réfléchir.



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *