Récréatrales 2012: Les cours familiales du quartier, une place de choix pour le théâtre

Cette cour de plus d’un ha accueille chaque soir un spectacle. (Ph.B24)

Les Récréatrales, depuis le début, se sont liées au quartier Gounghin, avec une forte implication des habitants de ce quartier. En cette phase de la plateforme festival, cette implication est encore plus visible surtout à travers la générosité de familles qui accueillent dans leurs cours familiales la plupart des représentations de ce festival.

L’ambiance d’un quartier prêtée pour un temps au festival fait des Recreatrales un projet inscrit au cœur même de la vie de ce quartier depuis ces débuts. Au-delà de la rue, le festival s’est même invité dans des cours familiales. Invité de la rédaction de Burkina 24 en mars dernier, le directeur du festival, Etienne Minoungou nous confiait au sujet de cette implantation devenue au fil du temps une intimité: « si le théâtre est un espace de débat social, alors sa véritable base est la famille. Nous avons donc décidé de ramener le théâtre dans les cours familiales. Notre siège étant à Gounghin, nous avons remarqué qu’autour de la fédération du Cartel les cours familiales avaient des dimensions qui nous permettent d’installer des théâtres ».

M. Bationo, dont la cour familiale accueille un des spectacles des récréatrales. (Ph.B24)

Gounghin, un des premier quartier lotis de la ville, est fait de cours à grandes dimensions, à l’image de cette cour de M. Bationo, environ un hectare. Cette année comme les deux éditions passées, la famille Bationo, dans son vaste espace mis à disposition des organisateurs à titre gratuit, accueille des spectacles. Heureux d’avoir du théâtre chez lui dont il a pris gout au fil des éditions, pour Monsieur Bationo, c’est d’abord le plaisir d’accueillir du monde dans sa vaste cour qui motive. Mais aussi le sentiment de contribuer à un projet qui pour lui contribuer à un projet qui profite bien à la jeunesse en suscitant en elle le gout de la création artistique.

« Si le théâtre est un espace de débat social, alors sa véritable base est la famille. Nous avons donc décidé de ramener le théâtre dans les cours familiales »

Dans la famille Zaré, le sentiment de rendre une vaste cour utile à un évènement auquel Monsieur Zaré s’intéresse depuis longtemps s’accompagne également de ce plaisir d’avoir du monde et du théâtre chez soi. Un plaisir complété par la conviction que le festival ouvre l’esprit des habitants du quartier aux réalités du monde, à travers celles mises en scène.

M. Zaré et son épouse. Leur cours familiale accueille chaque soir une représentation. (Ph.B24)

Ainsi aux Recréatrales la plupart des spectacles se passent dans des cours familiales. Et si ni Monsieur Zaré ni M. Bationo n’ont souligner le moindre inconvénient, ce n’est pas pour autant que les organisateurs n’y ont pas pensé. Car, reconnait Etienne Minoungou, « une si forte inscription dans le quartier ne peut pas être simplement que positif. Il y a des aspects négatifs » qui ont conduit les organisateurs à mettre sur pied un comité de quartier au sein duquel se discutent toutes ces questions.



Justin Yarga

Journaliste web qui teste des outils de Webjournalisme et datajournalisme, Media strategy consultant.

3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page