SIAO 2012 : Une exposition en plein air après celles dans les pavillons

533 0
Pendant que les stands se vident à l’intérieur, il en a qui marchandent à l’entrée du Salon (Ph B24)

C’est fini pour le Salon international de l’artisanat de Ouagadougou (SIAO) 2012, du moins, pour sa 13e édition. La cérémonie de clôture officielle qui a eu lieu le samedi 3 novembre 2012 a récompensé certains exposants. Au lendemain de cette fermeture, la cour du SIAO se vide de son monde. Pendant ce temps, un autre marché s’installe à sa devanture.

Les lampions de la  13e édition du SIAO se sont éteints officiellement le dimanche 4 novembre 2012. Les exposants, s’attèlent à ranger et à plier baguages. Certains pour regagner leurs provinces et d’autres, leur pays. Les affaires n’ont pas été bonnes pour tout le monde. En exemple, une potière de Tchériba, commune rurale de la province du Mouhoun, n’avait d’yeux que pour sa poterie fractionnée en morceaux durant le transport de sa localité vers le SIAO.

Par contre, Bako Olivier, exposant dans les stands art et métier, a beaucoup vendu  et échangé des cartes de visites. Il a par ailleurs été lauréat du Prix Filsha en coupe masculine d’une valeur de 250.000 F CFA. Comme suggestion, il invite les organisateurs à mieux porter l’information à ceux qui paient les stands car cela y va de la crédibilité du SIAO.

Vendre pour vendre

Le Salon est fini. Certaines délégations quittent les lieux ce lundi 5 novembre 2012. Mais l’affluence est toujours de mise. Devant l’entrée principale du SIAO, un nouveau marché a pris place. Ce marché hors du commun draine un grand monde, emplit les parkings et rend la circulation dense par moment.

Les exposants y  étalent leurs marchandises à même le sol et vendent à bas prix. L’objectif étant d’écouler le maximum possible d’effets. A ce niveau, on ne parle plus de bénéfice mais de vendre pour vendre ce qu’on peut. L’essentiel c’est d’avoir quelque chose et décamper des lieux.

De l’avis de certains exposants, les organisateurs ne s’opposent pas à cette pratique. Il leurs donnent un délai même de trois (3) jours, le lundi 5 inclus, pour exposer en plein air devant la cour du Salon.  Cela constitue une aubaine pour ceux qui n’avaient pas pu faire un tour durant la manifestation. Les effets sont à bon prix pour qui veut  acheter.

Suivez la version video de ce reportage sur B24 TV en cliquant ici. 



Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *