Les histoires insolites de Tanga : L’œuf du voisin

434 0
(Ph : niffylux.com)

Georges aimait les œufs et son voisin élevait des pintades. Il achetait alors régulièrement le fruit des entrailles des volailles à celui qu’on qualifie de « premier parent » en Afrique.

Bouillis ou frits à la casserole, Georges raffolait de ces fragiles objets oblongs qu’il savourait. La moitié de son grenier y passait chaque année.

Pas de grains, pas d’œuf

Mais il vint un jour où Georges manqua de grains à vendre pour avoir assez de pièces pour s’offrir les œufs de son voisin. Une sérieuse pluie avait noyé les récoltes dans une inondation incompréhensible. Georges fit un mois sans goûter à son « opium ». Son ventre en dépérit et l’air l’environnant en perdit de sa saveur.

Souffrant, il se résolut un soir à aller voir son voisin. Ce dernier l’accueillit en ces termes :

– Enfin, te voilà ! Ma famille a faim ! Tu vas me sauver ! Pas la peine de me donner de l’argent. Donne-moi directement ton mil contre tous ces œufs !

Les yeux de Georges faillirent sortir de leur orbite. Deux gros paniers d’œufs lui tendaient tendaient les bras. Au supplice, Georges tomba sur les genoux :

– Mais, je n’ai pas de mil !

– Alors, va-t-en de chez moi, cria le voisin qui emporta ses paniers dans sa case.

Le bel œuf !

Georges reprit le chemin de sa maison, sa langue sentant la douceur d’un jaune d’œuf mélangé au goût amer du rêve non réalisé. C’est ainsi qu’il se frotta les yeux deux fois pour s’assurer qu’il n’avait pas d’hallucination en voyant cet œuf niché dans un buisson.

Il s’en approcha et regarda de plus près : confirmé, il était vrai, cet œuf, rosé et fraîchement pondu. Des trombes de salive inondèrent la bouche de Georges et poussèrent ses doigts à saisir l’objet de sa convoitise. Mais les soldats de sa conscience crièrent : « Halte là ! C’est un vol ! »

L’œuf et le ciel…

Georges les fit jeter dans les oubliettes de son château gris et rentra résolument … boire le contenu de son œuf. Le faire cuir aurait pu le soumettre à d’autres convoitises.

Une seconde pluie inonda le village cette nuit-là. Mais les habitants ne comprirent pas pourquoi au lieu d’être noyé, ils ont retrouvé Georges calciné dans son lit…

Maîtrises ton ventre, ton sexe, ta langue, tes pieds et tu pourras choisir comment mourir.

Votre serviteur Tanga ([email protected])



Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *