Atelier de formation des journalistes : Bientôt un réseau de journalistes humanitaires

158 0
Par groupe, les humanitaires et journalistes ont réfléchi sur la possibilité de travailler en synergie (Ph: Burkina24)

L’atelier de formation organisé par le Secrétariat permanent du Conseil national de secours d’urgence et de réhabilitation (SP/CONASUR), à Kaya a pris fin le 7 novembre 2012.  Les participants ont pris des engagements et formulé des recommandations pour mieux traiter l’information en temps de crises et de catastrophe.

C’est par des mots d’encouragement et de remerciement  que Karime Ganemtoré, Secrétaire général du ministère de l’Action sociale et de la solidarité nationale (MASSN) a mis fin à  l’atelier de formation les 6 et 7 novembre 2012 à Kaya. Il a fait montre de leur attachement à l’implication des journalistes dans la recherche de solutions à ces crises et catastrophes.

Deux (2) communications ont ponctué la dernière journée de l’atelier de formation. La première qui portait sur le traitement de l’information liée à la situation de catastrophe et de crise humanitaire au Burkina Faso était présentée par le consultant en communication, Sié Offi Somé.

Pour mieux cordonner les actions, il faut un couple humanitaire-journaliste. Pour cela, les humanitaires sont invités à convaincre les responsables des médias de contribuer à la résolution de situations de crise, à entretenir de bonnes relations avec les journalistes. Et à aider les journalistes à mieux comprendre la situation de la crise en les formant, en les associant aux activités de situations de crise, en les informant (communiqués de presse, interviews, rencontres).

Comment les médias peuvent aider à atténuer les effets d’une crise ?

En diffusant les informations utiles  et  pratiques qui atténuent les désastres de la crise. En faisant taire les rumeurs malveillantes. En donnant la parole dans les productions aux différents intervenants. Et en mettant surtout l’accent sur ce qui ne va pas.

La deuxième communication  faite par Dr Emile Bazyomo,  Directeur de publication du bimensuel Eveil Education, portait sur : “un réseau de journalistes peut- il renforcer la qualité de l’action humanitaire au Burkina Faso ?” Le réseau permettra la collecte, le traitement et la  diffusion de  l’information. Il s’agit de passer de l’information humanitaire et faire des journalistes des humanitaires. Les échanges dans ce cadre permettront de susciter des thèmes d’articles, de reportages, et constitueront des sources pour le journaliste.

Journalistes et humanitaires par groupes ont d’une part pris des engagements et formulé des recommandations. Les humanitaires recommandent l’organisation des caravanes de presses. Et de décerner un prix spécial Galian pour accompagner les journalistes qui traitent de ces questions.

Quant aux journalistes, ils s’engagent à toujours donner l’information juste. Et à mettre en place un réseau. Un noyau de six (6) journalistes a été mis en place à cet effet pour réfléchir sur les textes qui le régiront. L’Assemblée constituante est prévue pour le 15 décembre 2012. Des attestations ont été remises aux participants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre