Mamadou Kabré, président du PRIT-Lannaya : « Le rôle du député n’est pas de construire des infrastructures »

150 0
Mamadou Kabré : “Le rôle du député est de contrôler l’action du gouvernement” (Ph : Burkina 24)

Réaliste, le président du PRIT-Lannaya (Parti républicain pour l’indépendance totale), El Hadj Mamadou Kabré. Lui ne verse pas dans le « si je suis élu, je promets … ». Enfin, il le dit, mais avec plus de nuance que la plupart de certains aspirants à l’Assemblée nationale. Pour lui, un député ne peut pas promettre de construire une route car ce n’est pas son rôle.

Dans ces élections 2012, comme on dit au « Pays des Hommes intègres », il y a « les uns » qui débauchent des moyens colossaux pour, entre autres, faire le plein de militants lors de leurs meetings et  il y a « les autres » qui « se débrouillent » avec les moyens du bord.

Les hommes politiques burkinabè, des « kamikazes » ?

En fait partie certainement le PRIT-Lannaya, parti sankariste dont le président se plaint d’avoir déboursé en  96 heures 1,5 million de FCFA  alors qu’il n’a pas encore « touché » à la subvention de l’Etat.  A ce propos, il demande à ceux qui demandent des T-shirts et des « enveloppes » de ne pas « exagérer » car il se (les hommes politiques) considère comme des « kamikazes » qui se jettent en politique pour résoudre les problèmes des populations. La preuve peut-être qu’Al Qaïda n’a pas le monopole des attentats suicides !

 Bref. Mamadou Kabré a pu réunir une soixantaine de femmes à son forum  aux fortes allures de meeting qu’il a tenu dans la soirée du 22 novembre 2012 au secteur 24 à Tampouy, notamment sur le Plateau omnisport.

Préfère la baballe à la politique

Pendant que les uns tiennent leur meeting, les autres préfèrent jouer au ballon (Ph: B24)

Mais là encore, le désintérêt de la population burkinabè pour la chose politique s’est  insolemment manifesté. A 17h 15 (soit environ 45 minutes de retard sur l’heure prévue), au moment où le meeting commençait sur le plateau réservé au basketball, de jeunes élancés sautaient à qui mieux mieux avec impertinence devant les deux tentes et les discours politiques du PRIT-Lannaya.

A l’est, des footballeurs tapaient bruyamment dans le ballon. A l’ouest, des Ouagalais sirotaient tranquillement leur bière, jetant de temps en temps des regards en biais sur les « politiciens ». Au nord, des dames donnaient tranquillement de nouvelles allures à leurs cheveux.

Mais le commentaire  de Mamadou Kabré, président du parti, met chacun devant ses responsabilités : « si les gens estiment qu’il faut jouer au ballon pour avoir ce qu’ils veulent, eh ben, qu’il en soit ainsi !» 

Lire la suite sur le site Spécial Elections couplées  2012. 

Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre