Processus électoral au Burkina: Après la biométrie, le traitement électronique des résultats des votes

507 0
Me Barthélémy Kéré, président de la CENI (milieu) aux côtés du Directeur général de SES en Afrique, Ibrahima Guimba-Saidou (droite). (Ph.Liliane)

Le processus électoral qui va vers son achèvement continue d’enregistrer des innovations. Dernière en date, la mise en place d’une plate forme de transmission par liaison VSAT (Very Small Terminal) des résultats des élections du 02 décembre. Un contrat entre la CENI et une société luxembourgeoise, SES, permet au processus de se doter d’une technologie satellitaire, présentée ce mardi à la presse, pour des résultats crédibles.

Décidément la technologie est au cœur des grandes innovations dans le processus électoral qui conduit au double scrutin du 2 décembre. Après l’enrôlement biométrique des électeurs, la nouvelle innovation technologique porte sur la mise en œuvre d’une plate-forme de télécommunication pour la centralisation et le traitement des résultats de votes par liaison VSAT.

Pour ce faire, la CENI s’est attachée les services d’un opérateur mondial de satellite, SES, pour recueillir, transmettre et traiter plus rapidement les résultats des élections législatives et municipales. Il s’agit pour l’opérateur luxembourgeois SES et ses partenaires, Newtec, UNICOM et Acces SAT, d’équiper les 45 chefs-lieux de province du Burkina de terminaux VSAT et d’un système de visioconférence pour permettre une communication directe entre les provinces et le bureau central au siège de la CENI, ainsi que la transmission et le traitement des résultats de vote collectés et compilés des 14 698 bureaux.

Lire la suite sur le site Spécial Elections couplées  2012



Justin Yarga

Journaliste web qui teste des outils de Webjournalisme et datajournalisme, Media strategy consultant.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *