Des faux transporteurs dans les filets de la gendarmerie.

227 2

Une fois de plus, la gendarmerie s’est montrée efficace en mettant la main sur des transporteurs qui détourneraient les marchandises des opérateurs économiques et commerçants. L’affaire a été présentée à la presse ce  27 novembre par la brigade de Boulmiougou.

Tout est parti  d’une plainte de Ousseni Madi, reçue à la brigade le 28 octobre dernier. Opérateur économique domicilié à Cinkansé, Ousseni  dénonce le détournement de ses  marchandises d’une valeur de soixante-douze millions (72 000 000) de francs. Il s’agit d’un véhicule chargé de marchandises depuis le port de Lomé au Togo, à destination de Bouaké en Côte d’Ivoire, qui aurait disparu avec son contenu. Une enquête a été ouverte.

Les recherches ont conduit  la gendarmerie  à interpeller  Frimpong Frédéric, de nationalité étrangère et chauffeur du camion incriminé. L’audition de celui-ci a permis la localisation des magasins dans lesquels les marchandises ont été débarquées, avant d’être écoulées sur le marché.

Un opérateur économique, propriétaire d’un des magasins mis en cause sis à Sankariaré, a été  par la suite entendu par la gendarmerie. Cette étape a permis de démanteler toute une chaine de fraudeurs. Kaboré Alassane, Traoré Sayouba dit Yabyouré, Dabré  Zouré, ont été incriminés. Seul le sieur Karim, celui qui conduit toute cette opération, fait toujours l’objet de recherches.

Les escrocs louaient des véhicules avec la complicité des chauffeurs et apprentis, pour ensuite établir de fausses plaques d’immatriculations et cartes grises ainsi que de faux permis. Ils se font ainsi enregistré avec ses faux documents. Une fois la marchandise embarquée, ils disparaissent au cours du trajet.

Pour abus de confiance, ils risquent une peine d’un à cinq ans de prison avec une amende de 300 000 à 1 500 000 de francs CFA, pour l’infraction seul.

Le chef de la brigade de Boulmiougou, Boukary Drabo a saisi l’occasion pour appeler les commerçants et les opérateurs économiques à la vigilance: « Il faut s’assurer non seulement de la moralité des livreurs, mais aussi de la qualité des marchandises, s’ils ne sont pas d’origine frauduleuse».

Il y a 2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre