Me Barthelémy Kéré, président de la CENI : « Un certain nombre de militants du CDP ont cassé nos urnes et déchiré nos bulletins »

174 0
Me Kéré assailli par les journalistes (Ph : B24)

Electeurs qui ne retrouvent pas leur nom dans les bureaux de vote où ils ont été enrôlés, bureaux de vote qui restent fermés, « personnes mal intentionnées » qui disparaissent avec le matériel électoral, destruction d’urnes et de bulletins de vote à Banfora. Me Barhelémy Kéré, président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), s’explique après avoir voté au bureau de vote 4 à Dassasgho, ce dimanche 2 décembre 2012 aux environs de 11h.

Il y a des difficultés dans certains bureaux de vote, notamment des électeurs qui  ne retrouvent pas leur nom.

Me Barthelémy Kéré, président de la CENI : Il y a un relatif engouement ce matin. C’est certainement ce qui explique en partie pourquoi les choses se passent de cette manière. Mais vous devez savoir que nous avons regroupé un certain nombre de bureaux de vote pour des raisons pratiques.

Comme on vous l’avait dit, lorsque le kit d’enrôlement atteint 500 inscrits, il crée automatiquement un autre bureau de vote. Il est arrivé par exemple des bureaux de vote de deux électeurs ou de dix électeurs. Pour des raisons économiques, on ne peut pas garder ce genre de bureaux. On a dû fonctionner en faisant un certain nombre de regroupement pour pouvoir par la suite recomposer pour pouvoir équilibrer les bureaux de vote.

Ce qui est certain, tous ceux qui sont enrôlés ici trouveront leur nom dans ce centre. C’est sûr. On est en train de réfléchir pour voir comment orienter les électeurs.

Cela n’aura pas de conséquence sur le décompte final ?

Aucune conséquence ! Parce qu’ils vont trouver leur nom et pourront voter.

Il y a des bureaux de vote qui ne sont pas ouverts. Vous êtes informés de cela ?

On a été informé qu’il y a certains bureaux de vote qui n’ont pas été ouverts. On a été victime d’un certain nombre de personnes mal intentionnées. J’ignore véritablement quels sont les objectifs qu’ils poursuivent. Il y a certains qui se sont présentés comme étant des potentiels membres de bureau de vote, qui ont saisi notre matériel et qui ont disparu.

C’est où précisément ?

Dans plusieurs localités, surtout à Ouagadougou. Nous sommes en train de rassembler toutes les dispositions nécessaires pour que rapidement on puisse régler ces questions. Et je pense qu’on pourra y arriver.

Et le cas de Banfora ?

Banfora, comme vous le savez, il y a eu quelques petites discussions avec la classe politique, notamment au niveau du CDP qui n’était pas d’accord pour avoir été invalidé. La CENI est obligée de s’en tenir aux décisions de justice. Il y a eu une longue histoire de la liste CDP de Banfora. Le contentieux a relativement duré, le  Tribunal administratif de Banfora a invalidé la liste. Cela a été confirmé par le Conseil d’Etat. A la suite de cela, j’ai  été saisi par le CDP pour recevoir une déclaration complémentaire.

Le président de la CENI rassure que tous les électeurs régulièrement enrôlés pourront faire comme lui (Ph : DR)

« La décision de justice devrait normalement s’imposer au CDP »

J’ai expliqué au CDP que je ne pouvais pas recevoir une déclaration complémentaire lorsque la liste a été invalidée. C’est lorsqu’un candidat a été déclaré inéligible que la déclaration complémentaire existe. Elle est règlementée par l’article 247 en ce qui concerne les élections municipales et l’article 184 en ce qui concerne les élections législatives. Donc, j’ai fait comprendre que je ne pouvais pas recevoir cette déclaration.

Suivez la couverture en live de l’élection sur la page Facebook de Burkina 24

A la suite de la lettre que j’ai adressée au CDP, il y a eu un recours. Ils ont attaqué cette décision devant le Conseil d’Etat, le Conseil d’Etat s’est déclaré  incompétent, si bien qu’aujourd’hui, la situation est demeurée que le CDP ne peut pas se présenter à Banfora. C’est une décision de justice qui s’impose à la CENI et notamment à son président, qui devrait normalement aussi s’imposer au CDP.

« Le CDP ne peut pas se présenter à Banfora »

A partir du moment où la décision judiciaire est intervenue, les uns et les autres devraient se plier à cette décision. Lire la suite de l’article sur le site Spécial Elections couplées 2012.

Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Il y a 1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre