Suspension du “Quotidien” : “Graves manquements à la loi sur la presse”, selon le CSC

418 0

Le Conseil supérieur de la communication (CSC) a expliqué  sur son site web (www.csc.bf) la suspension du journal “Le Quotidien”. Selon Béatrice Damiba, présidente de l’institution, cette suspension est le fruit d’une accumulation d’entorses du journal à la loi sur la presse et aux règles  de professionnalisme.

Bien qu’étant relativement jeune dans le paysage médiatique des quotidiens, ce journal bat déjà le record des atteintes à la loi, à l’éthique et à la déontologie constatés dans les journaux par l’institution”, explique en effet la présidente, ajoutant que la “particularité (du journal) réside dans son orientation vers le sensationnel et le fait divers, caractérisée par la publication intempestive d’images choquantes et violentes à sa ″Une″ et dans ses pages intérieures, ainsi  que de nombreuses violations du droit à l’image des citoyens, notamment des enfants”.

Le journal a été auditionné deux fois et deux lettres d’observation ont été adressées au média pour l’interpeller sur des articles et des images, a-t-elle indiqué. La sanction qu’écope le quotidien est la résultante, selon Béatrice Damiba, d’une situation de récidive.

Le Collège des conseillers a conclu que son approche pédagogique a atteint ses limites” (Ph : CSC)

Au regard de ces observations courantes et du caractère récidiviste du journal « Le Quotidien », le Collège des Conseillers, au terme de ses délibérations du 04 décembre 2012, a conclu que son approche pédagogique à son égard a atteint ses limites”, a-t-elle en effet informé.

Cette suspension de 7 jours, que la présidente a rappelé comme étant la première du genre  depuis la création du CSC, se veut de servir d’exemple pour, dit-elle, “rappeler aux médias le rôle qui est le leur, à savoir, la publication ou la diffusion d’une information saine et respectueuse de la loi et des règles d’éthique et de déontologie professionnelle”. Et aussi de garantie pour parvenir à la dépénalisation des délits de presse.

Trouvez l’intégralité de cette décision en cliquant ici. 

Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *