Toussaint Coulibaly sur l’assassinat du conseiller UPR : « Qu’il soit élu de notre parti ne peut pas tout expliquer »

642 0
Me Toussaint Abel Coulibaly, président de l’UPR (Ph: lefaso.net)

Le vendredi 13 décembre 2012 dans la soirée, Mady Konfé, élu conseiller municipal de l’Union pour la république (UPR) du village de  Pobé Menga dans la province du Soum, a été présumé tué par balle par Issouf Konfé, un de ses proches, selon L’Observateur Paalga. Selon toujours le quotidien, Issouf Konfé, qui soutenait le défunt lors de la campagne, aurait entre-temps retourné sa veste pour soutenir le Congrès pour la démocratie et le Progrès (CDP). Ceci aurait-il expliqué cela ? Toussaint Abel Coulibaly, président de l’UPR et ministre délégué aux collectivités territoriales, joint au téléphone par Burkina 24, dit s’en référer d’abord à la Justice avant de décider de la conduite à tenir. Pour l’instant, il dit avoir appelé ses militants au calme. En rappel, l’UPR n’est plus membre de la mouvance présidentielle mais appuie toujours le programme du président du Faso Blaise Compaoré. 

Burkina 24 : Monsieur le ministre, quelle est votre réaction sur l’assassinat de votre conseiller au Soum ?

Toussaint Abel Coulibaly : Nous avons appris comme tout le monde, nous avons dépêché notre responsable régional pour assister la famille. Le présumé auteur ayant été arrêté, il nous appartient  de faire confiance à la justice et que cette justice fasse son travail et que le présumé auteur ou l’éventuel commanditaire puisse être traduit devant la justice. Nous avons appelé nos militants au calme, mais nous suivons de très près l’évolution de la situation sans interférence aucune.

Burkina 24 : Monsieur le ministre, que répondez-vous au fait que ce meurtre a des implications politiques ?

Toussaint Abel Coulibaly : Pour nous, une mort d’homme est une mort d’homme. Qu’il soit élu de notre parti ne peut pas tout expliquer. Nous attendons de voir ce que la justice va conclure. Il  y a des enquêtes de gendarmerie en cours. Et nous pensons que c’est à partir du présumé meurtrier et commanditaires que nous pourrions nous-mêmes nous faire notre opinion sur la nature du crime. Pour l’instant, nous nous limitons au fait qu’il y a mort d’homme et que justice soit rendue.

“Cet assassinat a des mobiles politiques, parce qu’avec ses deux conseillers de l’UPR, Madi a réussi à avoir le soutien des autres partis comme l’UPC avec 2 conseillers, le PDS/Metba, 5 conseillers, l’ADF/RDA, 3 conseillers ; le PPD, 1 conseiller ;  l’UNIR/PS, 1 conseiller ; ce qui fait quatorze conseillers sur 31 conseillers de la commune. Avec la division au sein du CDP, il pouvait se faire rallier certains conseillers de ce parti pour se faire élire maire”.

Daouda Konfé, représentant de l’UPC dans le Soum et ami du défunt in L’Observateur Paalga du 17 décembre 2012.



Abdou ZOURE

Abdou Zouré, journaliste à Burkina24 de 2011 à 2021. Rédacteur en chef de Burkina24 de 2014 à 2021.

Article similaire

There are 1 comments

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *